…Au grain de sable ?

Nous nous retrouvons pour un second tour de black jack avec le groupe de la Plage du Casino. Pour vous donner toutes les cartes en main, nous allons vous expliquer dans une première manche le contexte politique à l’échelle nationale, régionale et locale. Pour continuer la partie, nous allons vous décrire les premiers entretiens que nous avons réalisés avec des anciens habitants de Sfax et qui nous donnent une première impression des lieux. Enfin, nous allons retourner les cartes et dévoiler les dispositifs participatifs que nous souhaitons mettre en place. 

Et maintenant… Place au jeu !

Partie 1: Comme un grain de sable dans la gouvernance…

Afin d’avancer dans notre démarche de recherche, nous avons choisi de prendre un peu de recul en nous intéressant aux enjeux liés à la gouvernance. Il s’avère que le contexte politique est particulier au sud de la méditerranée. Le centralisme et l’autoritarisme de l’Etat caractérisent les pays du Maghreb, et cela se ressent dans les projets urbains. 

Si nous prenons le cas de la Tunisie, l’Etat joue le rôle d’un chef d’orchestre dans les projets urbains, ce qui, par conséquent, marginalise les autorités locales et freine les dispositifs de participation citoyenne. Le concept de développement durable se fait au sacrifice des populations et est ainsi contraire aux objectifs de développement durable tels que développés par les Nations Unies. Les projets urbains dits “durables” illustrent ainsi cette tendance en servant les intérêts privés aussi bien des entreprises que des décideurs politiques. 

    Sfax, bien que sans volonté politique nationale particulière, apparaît cependant comme un laboratoire d’expérimentation du développement durable. La Stratégie de Développement du Grand Sfax (SDGS), processus de développement local, a pour objectif d’établir une vision stratégique de Sfax et de sa région, Le Gouvernorat de Sfax. C’est dans ce cadre que le partage progressif d’un langage commun a permis de renforcer l’interaction entre la société civile et l’administration locale. Ce langage a pu être développé au travers de réunions entre la société civile, les experts indépendants et les décideurs locaux et qui ont permis notamment de mettre en exergue des thèmes importants pour la population locale tels que la pollution et les espaces verts.

    Bien que ces actions démontrent une volonté des acteurs locaux à co-construire le territoire avec les habitants, ils dépendent encore trop fortement des décisions réglementaires et financières des acteurs nationaux et internationaux. 

Le projet Taparura est l’illustration de la gouvernance des grands projets en Tunisie avec une marginalisation de la société civile, des acteurs et décideurs locaux. Cependant, ce projet paraît bien accepté par la population, comme nous allons le voir dans une seconde partie, inspirée de nos divers entretiens. 

Partie 2: fondé sur des sables mouvants

Comme nous le disions plus haut, le projet Taparura semble être imposé “par le haut “. Nous voulions inscrire notre démarche, pour cet atelier, dans le sens inverse, en construisant avec les sfaxiennes et sfaxiens, un projet qui leur ressemble. Pour cela, il nous a semblé pertinent d’échanger avec des habitants actuels et anciens.  

Nous cherchions à interroger l’image et les représentations qui sont faites de la plage du Casino. Par un questionnaire et des entretiens, nous pouvons faire ressortir plusieurs éléments saillants : 

Tout d’abord, nous avons interrogé deux sfaxiens venant de deux catégories sociales différentes. Pour la plus aisée de nos deux interlocutrices, elle ne connaissait pas la plage,  tandis que pour notre seconde interlocutrice, la plage accueillait des souvenirs d’enfance, un lien plus fort s’était construit. 

Ce paradoxe nous pousse à nous demander dans quelles mesures notre première interlocutrice aura la volonté de protéger cette plage ? Mais aussi cela nous montre l’importance de la représentation dans l’aménagement du territoire. 

Second élément saillant que nous avons pu identifier est un second paradoxe d’image, d’une part elle est synonyme de convivialité et attire pour les activités que l’on peut y faire , mais d’autre part la plage est perçue comme un espace pollué et repoussant. Une nouvelle fois, quelles sont les volontés de redéveloppement d’un espace paradoxal. 

Enfin, troisième et dernier élément saillants qui concernent plus particulièrement le projet Taparura: Lors d’un de nos entretiens, notre interlocutrice nous a expliqué que le projet avait tellement tardé qu’il commence peu à peu à être critiqué au sein de la population sfaxienne l’expression : “ Le projet Taparura n’est pas fait pour les sfaxiens” est lourde de sens. 

    C’est dans ce contexte général que se place notre démarche. Devant ce qui apparaît de plus en plus comme un projet en perte de légitimité, il semble pertinent d’interroger les usagers. Dans notre quête pour connaître la vision des sfaxiens de ce que pourrait être la plage du Casino nous aurons besoin d’outils, que nous allons développer dans la partie suivante.

Partie 3: Et si les usagers y apportaient leur grain de sable ?

Nous souhaitons, par la suite, à travers des outils participatifs aller à la rencontre et concerter les habitants et usagers de la plage pour connaître leurs impressions, ressentis et envies liés à cette dernière. Nous attendons impatiemment notre arrivée sur site pour pouvoir observer et visiter la plage du Casino. Cette observation participante nous permettra, en parallèle des échanges que nous souhaitons mener sur place, de construire une image plus claire de l’état actuel de la plage, revivre la mémoire passée du lieu, afin d’imaginer sa configuration future.

Nous proposons alors de reconstituer une frise chronologique représentant la plage du Casino à Sfax, aujourd’hui, hier, et surtout demain. Ce support nous permettra de visualiser l’évolution des formes de revendication de l’espace, la transformation des usages, des récits, de la mémoire du lieu, du rapport à l’eau, des perceptions et représentations de ce lieu, et de la place qu’occupent les habitants de Sfax sur ce sable mouvant.

Ainsi notre méthode se décline en trois temps :

1) la plage d’hier

Il nous semble important de connaître les anciens usages de la plage du Casino à Sfax, afin de mieux comprendre ce qu’elle est aujourd’hui et d’imaginer ce qu’elle est souhaitée devenir demain. Pour cela nous partirons à la recherche d’images d’archives de ce lieu, de récits d’habitants, de souvenirs d’enfance et d’anecdotes. Les images nous serviront comme support d’échange et seront commentées lors des discussions que nous réaliserons avec les habitants locaux.

2) la plage d’aujourd’hui

À notre arrivée à Sfax, nous irons avant tout nous promener à la plage. Une observation participante nous aidera à identifier les usages de ce lieu aujourd’hui, par qui, à quelles heures…. Ces usages seront représentés par une prise de photo, de dessin, de production de carte sensible. Des échanges informels sur place avec des usagers de la plage nous aideront à compléter notre compréhension. Nous mènerons également des entretiens semi-directifs avec des personnes clés que nous identifierons en amont (associations, représentants de la société civile, autorités publiques locales?, …)

3) la plage de demain

Cette étape est la finalité des deux précédentes : nos recherches et découvertes dans les deux premières phases formerons la matière nécessaire pour le passage à l’image future de la plage du Casino. Nous proposons d’organiser un atelier collectif, à la plage, dans lequel nous exposerons la frise, comme construite à ce jour ci, avec les représentations du présent et du passé de la plage. Ceci nous permettra, avec les habitants, de co-construite l’image future de ce lieu.

Nous inviterons à ce temps les habitants de Sfax que nous aurions rencontrés, les usagers de la plage et aussi les personnes clés avec qui nous aurions échangé. Ils seront invités à réagir sur les représentations qu’on a pu former et à dessiner ensemble les futurs images de la plage, leurs désirs d’habitants, leurs envies d’usagers et leurs rêves d’enfants.

Une image complète sera alors constituée : le passé de la plage, son présent et son futur souhaité.

Une fois toutes ces cartes en mains, nous pourrons concrétiser nos recommandations pour le développement futur de la plage du Casino. Une projection future sera ainsi possible, nous le souhaitons, par une ambition de projet, émanant de nos recommandations.



Citer ce billet
m2trust2022 (2022, 30 juin). …Au grain de sable ? Coopérer : Grenoble-Sfax. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/p5jt

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search