Habiter la medina de Sfax : Regards croisés sur la citadinité et le vivre ensemble

Entrée de la Medina (L. Sautier, 2022)

Réalisation : Dubost Lisa, Duran Y Gonin Margaux, Jimenez Jordan, Hervé Julie, Marthe-Rose Léa, Piteux Naomie et Sautier Lou

Encadrants : Maurette Théo, Schumacher Noa, Basset Karine, Koop Kirsten

CONTEXTE

La Medina de Sfax, la ville arabe historique

Traditionnellement, la Médina constitue la ville arabe ancienne, rassemblant l’ensemble des fonctions urbaines avec des espaces économiques et résidentiels. La médina de Sfax, fondée en 849 après J.-C. est classée au patrimoine mondial de l’UNESCO car “elle constitue l’exemple le plus représentatif et le mieux conservé dans tout le bassin méditerranéen de l’urbanisme arabo-islamique tel qu’il a été défini à ses débuts” (unesco.org, 2022). Dans le passé, les familles sfaxiennes aisées disposaient alors d’un logement principal dans la Médina et d’un logement secondaire dans les jnens, des quartiers en périphérie avec des terrains plus vastes, propices à la construction de villas. Un événement majeur a profondément impacté la vie de la médina, l’inondation de la quasi- totalité du gouvernorat de Sfax en 1982 qui a causé d’importantes pertes humaines et engendré la dégradation d’une part importante du bâti, depuis souvent laissé à l’abandon. La dégradation du cadre de vie qui s’en est suivie a peu à peu poussé les familles y habitant à quitter la ville arabe pour s’installer de manière pérenne dans les jnens : c’est alors une forme d’exode rural duquel découle un réel étalement urbain de la ville.

Ce départ implique d’importantes mutations dans la Médina : depuis le milieu des années 70, un double processus s’opère avec le départ des populations sfaxiennes hors de la Médina et une expansion des activités commerciales et services. De cela à découlé une augmentation du nombre de logements vacants et un fort afflux d’une population rurale originaire d’autres communes tunisiennes ou gouvernorats (Ben Fguira, 2020). En parallèle de cela, le vieillissement de la Médina impacte son bâti qui a tendance à se dégrader. L’ensemble de ces phénomènes conduit à une réelle transformation de la Médina : elle est aujourd’hui devenue le cœur des activités artisanales et commerciales, en dépit des logements insalubres qui sont pour la plupart vacants ou habités par une population plus pauvre. Ce changement de population entraîne ainsi de nombreux enjeux sociaux que cet atelier nous a ainsi permis d’approfondir.

NOTRE SUJET D’ETUDE

Lorsque nous nous sommes intéressés à la Médina, nous avions à l’esprit une question soulevée mais non approfondie lors des précédents ateliers. D’autres promotions avaient en effet étudié la Médina. Lors des entretiens effectués par les anciens étudiants pour questionner la place de l’enfant de la Médina, le terme “Barani” en était ressorti. À partir de ces entretiens, nous nous sommes demandés ce que ce terme pouvait évoquer. D’après nos lectures et quelques entretiens, le terme “Barani” renverrait à la figure de l’étranger, à celui qui est “en dehors de la ville”. Ces personnes nommées ainsi seraient des migrants venus des campagnes ou villes voisines pour travailler : c’est l’exode rural.

Après avoir pu étudier la Médina et procédé à plusieurs entretiens, nous avons rapidement pointé certaines zones d’ombre. En effet, cette notion, mais surtout le rapport à ce qui est étranger à la Médina n’est pas clair, et est sujet à controverse. Par exemple, des habitants considérés comme non Sfaxien par certains se perçoivent eux mêmes comme Sfaxiens. Ce cas est possible même lorsque l’habitant est installé à Sfax depuis quelques générations.

Autre exemple, les cordonniers sont généralement perçus comme étant étrangers à la Médina, alors qu’ils l’habitent au quotidien et ne se voient pas partir. Certains d’entre eux disent même être Sfaxien et aimer la Médina.

Nous observons, dans cette ambiguïté du rapport à l’autre, une logique qui renvoie plus à une question de classe socio-économique, de précarité qu’à une provenance géographique déterminée. Il renvoie à travers les discours à une population plus pauvre incompatible avec les représentations dominantes de qui appartient ou non à la cité : la citadinité. Pour tenter d’aborder la Médina dans toute sa complexité, nous abordons le concept de citadinité, entendue comme l’ensemble des pratiques et des modes d’habiter.

DÉFINITION DES NOTIONS-CLÉS

Citadinité

Nous tenterons de définir la notion de citadinité en nous appuyant sur l’article scientifique La citadinité, un arbre dans la forêt ou comment un mot peut en cacher d’autres de Philippe Gervais-Lambony. D’après les définitions du dictionnaire, citadin et urbain sont des synonymes. Le premier définit celui “qui a rapport à la ville” (Le Robert, 1996) et le second “ce qui est de la ville”. Toutefois, les chercheurs proposent une distinction entre ces deux termes née des études portant sur les villes des pays du Sud. Dans les villes de ces régions, la proportion d’habitants venus du monde rural ne cesse d’augmenter, apportant avec eux leurs pratiques et représentations propres, parfois nommées “ruralisation” de ces villes.

Les primo-arrivants vivent désormais dans un monde urbanisé, ils sont urbains, mais leur non inclusion dans la vie de la cité (spatiale, économique, droit à la ville) ne leur permet pas d’être qualifiés comme citadins (Baby-Collin, 2000). En d’autres termes, la citadinité relève d’une approche par l’individu, et se définit en plus de ses pratiques par les représentations d’être dans la ville. La citadinité soulève les questions de droit à la ville (Henri Lefèvre, 1968), droit à la participation et droit à l’appropriation des individus pour comprendre les modes singuliers d’insertion à la vie de la cité. D’après l’auteur, “Dans bien des cas, et très notablement en Afrique, les discours officiels sur ces populations [migrantes] les désignent encore aujourd’hui comme non-citadines, non intégrés à la société urbaine.”. Nous retrouvons à Sfax un schéma similaire entre citadins et non-citadins, entre “Sfaxiens” et “Baranis”. Ce fort sentiment d’appartenance local et la symbolique qui en découle dépossède une partie de la population de la citadinité. Cette citadinité définit ce qui est Territoire (= espace approprié). Elle a donc une portée collective, et témoigne d’une appartenance à un groupe, avec pour chacun des degrés différents d’identification au récit du groupe. (Martin, 1994, p.23)

Ici, pour la Médina, nous renvoyons les représentations sfaxiennes à celles de la cité musulmane, ou cité arabe. Ce modèle historiquement ancré dans les représentations sfaxiennes se caractérise par une appartenance familiale comme condition pour faire partie de la cité. Les autres, n’étant pas de familles sfaxiennes, peuvent difficilement être considérés comme acteurs de la ville avec les représentations actuelles de la citadinité Sfaxienne.

Habiter

La notion d’habiter que nous traitons également, trouve ses origines dans le concept d’espace vécu. Ce dernier est défini par Armand Frémont tel que « l’espace se construit à travers les rapports sociaux, spatiaux, les pratiques et les représentations ». Cette notion fut largement abordée dans la recherche en géographie (Raibaud Y., 2011, p.10), et même sur un travail de recherche spécifique sur la ville de Sfax (Ben Fguira S. 2021). Ainsi, nous entendons l’espace vécu englobant les dimensions spatiales mais également et surtout les dimensions sociales de l’espace. Il comprend l’espace des pratiques quotidiennes (l’espace de vie) et l’espace des interrelations sociales (l’espace social) en tant qu’objets de la perception et de la représentation mentale qu’un individu ou un groupe puisse se construire (Cailly L. in: Ben Fguira S. 2021).

Les limites de la Médina, à savoir ses « frontières » illustrent justement cette notion d’espace vécu. Si ses remparts représentent son empreinte spatiale, l’espace vécu de la médina semble être bien plus large si l’on s’intéresse aux perceptions, aux représentations, aux émotions des individus qui l’expérimentent. Il existe donc un phénomène de perméabilité entre la notion d’habiter, avec celle d’espace vécu.

METHODOLOGIE

Documentation bibliographique

Notre travail méthodologique a commencé en amont du terrain par des recherches documentaires et des lectures en lien avec la notion de Barani et la médina de Sfax. La principale limite rencontrée est la faible présence de la notion dans la littérature, ainsi que la non maîtrise de la langue arabe par les membres de notre groupe de travail à l’université de Grenoble. Ce travail nous a néanmoins permis de nous imprégner du contexte de la médina et de disposer d’une base pour notre travail de terrain.

Travail de terrain

Au cours de nos recherches, nous avons adopté une approche empirique, destinée à saisir les expériences de vie et récits qui lient les hommes aux lieux. Pour ce faire, nous nous sommes intéressés aux modes d’habiter dans la médina en interrogeant ses évolutions. Cela passe par la mise en avant et l’analyse de récits de vie d’individus qui la composent.

D’un point de vue méthodologique, nous nous sommes rendus à la médina pour rencontrer les individus et comprendre les dynamiques qui l’habitent. Nous nous sommes intéressés à plusieurs typologies d’acteurs, parmi eux : un habitant, une ancienne habitante, des artisans cordonniers, un commerçant et un membre de communauté religieuse. Ce panel d’acteur n’est pas exhaustif et n’a donc pas la prétention de représenter l’ensemble des situations que l’on peut trouver au sein de notre terrain d’étude. Il permet tout de même de mettre en avant certaines réalités, qui pour certaines se croisent ou s’opposent. L’intérêt est ici de mettre en lumière des histoires et récits de vie dans le but de comprendre les dynamiques et relations qui existent au sein de la Médina.

Il faut néanmoins souligner que ces discours ne sont d’une part pas représentatifs de la totalité des personnes pratiquant la médina aujourd’hui, et qu’ils sont fortement liés aux représentations et affects personnels des individus interrogés. Aussi, il est parfois difficile d’instaurer un climat de confiance lors des entretiens, ce qui constitue une limite supplémentaire à ces derniers. Cela ne doit pas être perdu de vue dans l’analyse de nos données et nous devons garder en conscience les limites liées à ces biais.

Réalisations

Ainsi, à partir de ces entretiens, nous avons réalisé le portrait de ces 5 personnes. Ces portraits ont été matérialisés sous la forme de panneaux au sein desquels on trouve : une frise chronologique réunissant les moments phares du parcours de vie de la personne, sa journée type retraçant son trajet dans la médina et ses lieux d’attache. L’analyse de ces récits, par leur subjectivité, permet de rendre compte des réalités de terrain existant au sein de la Médina.

CROISEMENT DES RÉCITS

La Medina d’autrefois : entre souvenirs et nostalgie

La première thématique ressortie de nos échanges est celle du rapport aux souvenirs et à l’affectif. Nous avons pu recueillir des témoignages de personnes ayant grandi dans la médina dans la deuxième partie du XXe siècle, avant le départ définitif de Sfaxiens vers les périphéries (Jnen) ou encore avant la révolution de 2011.

Ce qui nous a tout de suite frappé, c’est ce rapport émotif, affectif et nostalgique porté sur la Médina d’avant. Ce sentiment est partagé par les artisans et commerçants bien qu’ils voient aussi dans la Médina un lieu où exercer leur activité (différentes pratiques dans la Médina). Néanmoins, tous partagent un attachement à la Médina et aux savoir-faire qu’elle a vu naître. C’est un lieu qui depuis toujours a évolué avec de nouvelles pratiques et modes d’habiter.

En partageant leurs souvenirs, les habitants de la Médina nous révèlent ce contraste, entre la Médina d’autrefois, toujours glorifiée, et celle d’aujourd’hui, souvent déplorée.

Vivre ensemble dans la Medina

Cette thématique a également été beaucoup évoquée dans nos entretiens. Elle comprend à la fois la question de la convivialité, et la question du rapport aux nouvelles populations. Elle est liée aux mutations urbaines ayant entraîné un changement dans la population de la Médina : arrivée d’une classe plus modeste, expansion de l’activité commerciale, artisanale… Ces changements nous amènent à questionner les évolutions sociales de la ville arabe : si autrefois la Médina nous a été présentée comme un espace de convivialité, animé, où cohabitent des familles qui se connaissent toutes entre elles, qu’en est-il aujourd’hui ? Comment cohabite cette diversité d’habitants dans la Médina aujourd’hui, qu’en-est il du vivre ensemble ? Partant de ce qui ressort de l’unanimité des entretiens : il est certain que la Médina reste un espace au cœur des interactions sociales, les gens se croisent, les modes d’habiter dans la Médina semblent infinis. Néanmoins, il ressort que l’augmentation des artisans et commerçants, la paupérisation de la Médina ont eu un impact irréversible. Il marque une certaine séparation entre la Médina d’avant et la Médina d’aujourd’hui, avec l’émergence d’une nouvelle génération, associée à une mentalité et des modes de vie différents de Sfaxiens. Tout le monde nous a dit “ce n’est plus comme avant”.

La question du rapport aux nouveaux habitants et néanmoins plus sujettes aux divergences. Selon le cordonnier, il est très facile aujourd’hui de s’intégrer à la Médina, tout le monde se connaît. Mais le vivre ensemble fait aussi face à de nouvelles problématiques largement évoquée par d’autres typologies d’acteurs tels que les commerçants, un imam, les anciens habitants: arrivée d’habitants venant des terres et des campagnes avec des modes de vie différents, fut souvent associée à l’insécurité (vol, violence, non respect des espaces publics), à l’idée qu’ils sont moins bien éduqués, ou encore moins investis dans la religion. On décèle alors une représentation plutôt péjorative des étrangers de la classe modeste dans la Médina qualifiés par différents termes : baranis, vagabonds, jabris (clochard), Pour autant ce rapport à l’étranger varie d’une personne à l’autre, entre intégration, acceptation et exclusion.

La problématique du cadre de vie

Au-delà du rapport aux autres, les transformations socio-économiques de la Medina ont aussi des impacts sur le cadre de vie, qui est de plus en plus pollué notamment par les déchets et qui dispose d’ un bâti vieillissant qui tend à se détériorer. Si les témoignages sont assez unanimement critiques sur la gestion des déchets et la non-conservation du bâti, les discours diffèrent quant il s’agit de questionner l’origine de ces dysfonctionnements. Le non-entretien de la Médina est lié selon le cordonnier et l’imam à un abandon des politiques publiques, les anciens habitants l’associent quant à eux la multiplication d’activités artisanales polluantes, l’extension des souks. Pour plusieurs personnes, le départ des sfaxiens de la Médina en est la cause : ils entretenaient leurs maisons et les espaces publics, prenaient soin du bâti alors que la nouvelle génération ne respecte plus la Medina.

Ainsi, les modes d’habiter ont changé : la fonction résidentielle est délaissée. Pour les personnes qui logeaient autrefois dans la Médina, même s’ ils aiment s’y rendre pour d’autres usages, il n’est pas envisageable pour eux de retourner y vivre. Néanmoins, de nombreux logements vacants deviennent des ateliers et des commerces, renforçant la fonction commerciale de la Médina : elle devient alors un espace symbolique dans lequel se concentre un ensemble de savoir-faire traditionnels.

Nous avons pu observer que tous les artisans et commerçants interrogés sont attachés à rester installés de manière pérenne dans la Médina, considéré comme un espace emblématique et stratégique pour leur activité, “c’est leur place”. Nous avons également pu comprendre que certains sfaxiens qui ne logent plus dans la Médina, et qui n’aspirent plus à y vivre, continuent à venir consommer dans cet espace, car ils y restent fortement attachés, entre autres par le fait qu’ils y associent pour beaucoup des souvenirs d’enfance.

La Medina de Sfax. (L. Sautier, 2022)

ENJEUX DE CITADINITÉ(S)

La notion de citadinité évoquée en introduction, et qui renvoie aux représentations des bons ou mauvais modes d’habiter la médina chez les individus interrogés, se définit dans les différents récits collectés par les pratiques des individus au sein de la médina, la qualité des interactions sociales entre eux, et leur appropriation personnelle de l’espace.

La citadinité dominante de la médina, entendue comme les “bons” comportements qu’il faut avoir en son sein, correspond dans les discours aux modes d’habiter qui la caractérisait “avant” : avant le départ de ses résidents, avant l’arrivée de nouveaux commerçants dont l’activité est plus polluante et génératrice de déchets, avant l’arrivée de nouvelles populations, etc. Cette citadinité se caractérisait par une forte convivialité entre les habitants usagers de la médina qui partageaient de nombreux moments du quotidien ensembles, par une confiance et un respect mutuel entre ces derniers, particulièrement chez les commerçants, en somme par des interactions sociales que l’on peut qualifier de positives, et associées à des valeurs familiales importantes.

Cette citadinité est associée aux sfaxiens d’origine, qui habitaient et pratiquaient la médina avant ses transformations sociales et économiques des années 1960 et 1970 évoquées en introduction. La familiarité entre les habitants usagers de la médina évoquée dans les discours semble être en déprise aujourd’hui, puisque les discours sur la médina actuelle renvoient plutôt à une perte de confiance entre les individus, une perte de liens sociaux dans la médina ou encore à un non respect des lieux et à du banditisme (consommation de drogue, vol, prostitution…). Ces comportements ou modes d’habiter “nouveaux” sont associés aux populations nouvelles, qu’il s’agisse des nouveaux commerçants et artisans ou bien des nouveaux habitants de la médina, c’est à dire en majorité des populations étrangères issues de l’immigration ou bien des populations précaires.

Les conflits actuels entre les modes d’habiter la médina résultent donc de cette citadinité dominante, qui ne correspond pas aux comportements attendus par les individus ayant pratiqué la médina dans le passé. Elle entre en conflit avec les pratiques actuelles, ce qui en fait un facteur d’exclusion sociale puisque la population au sein de la médina est divisée de par les modes d’habiter multiples qui la caractérisent aujourd’hui. Cette rupture diviserait donc les sfaxiens d’origine, associés à la médina d’avant, et les populations nouvelles, rurales ou immigrées et donc que l’on pourrait qualifier de baranis selon la définition d’origine du terme, associées quant à elles aux modes d’habiter facteurs de dégradation de la médina.

Cependant, nous avons aussi pu constater que ces catégories sont souvent perméables : peu d’individus correspondent à la définition communément admise du “vrai” sfaxien aujourd’hui, alors que d’autres considérés comme Baranis peuvent être intégrés à la vie de la médina dans les représentations de ses habitants. En effet, certains usagers de la médina anciennement ruraux ou des populations issues d’autres villes tunisiennes sont aujourd’hui largement incluses dans la vie de la cité et pas qualifiés de Barani, et inversement. Comme expliqué plus haut, cela renvoie au glissement de la définition du Barani de l’individu étranger vers l’individu précaire. Il s’agirait alors plus d’une division liée à la classe sociale des individus qu’à leur origine géographique, comme le veut la définition d’origine du terme Barani. La citadinité dominante de la médina est donc vectrice d’inclusion ou d’exclusion de certaines populations et le Barani peut être défini comme tout individu ne correspondant pas à cette citadinité.

Nous pouvons également nous demander si certains comportements associés aux populations nouvelles n’existaient pas déjà avant mais ont été occultés dans les discours par une nostalgie et un affect forts vis à vis des lieux, aujourd’hui fortement dégradés. En effet, les personnes interrogées lors de nos entretiens ont toutes un affect particulier et qui leur est propre aux lieux et à l’espace de la médina. Chacun y a vécu ou bien y a été scolarisé, et certains y travaillent encore aujourd’hui, et il faut tenir compte de cela dans l’analyse des discours recueillis. Comme expliqué dans la partie méthodologique, ces derniers ne sont pas représentatifs de tous les usagers et habitants de la médina, dont une grande partie est invisibilisée et notamment les populations les plus précaires issues de l’immigration récente et particulièrement subsaharienne.

En résumé, nous pouvons déduire de notre analyse que la citadinité dominante dans l’espace de la médina est vectrice d’inclusion, d’intégration à cette cité, par la validation ou la stigmatisation de certains comportements. Cette validation sociale ou invalidation sociale conditionne par la suite l’importance du sentiment d’appartenance des individus à l’espace auquel est lié la citadinité dominante. Ce sentiment d’appartenance, que l’on peut caractériser par les liens que les individus entretiennent et développent avec l’espace et les personnes qui l’occupent, induit par la suite le développement de comportements différents en fonction de son importance.

Nous pouvons penser que plus les individus se sentent appartenir à un espace, plus ils lui accordent de la valeur. Les comportements résultant de cette inclusion ou exclusion sociale et du sentiment d’appartenance participent enfin à la création, sur un temps beaucoup plus long, d’une citadinité nouvelle en fonction des nouveaux comportements des individus. il est important de préciser que l’intégration de nouveaux comportement caractéristiques d’un mode de citadinité est un processus long.

Schéma créé par le groupe

Nous avons donc pu remarquer un fort sentiment d’appartenance à la médina chez les personnes interrogées, qui ont toutes évoqué un attachement plus ou moins fort aux lieux et au patrimoine de la médina, dont ils regrettent la dégradation actuelle. Cet attachement persiste à travers le temps, et se traduit par une volonté forte de conserver le patrimoine matériel et immatériel de la médina. Nous pouvons alors dresser l’hypothèse que la volonté de conservation et de respect de l’espace de la médina découle en partie de l’importance du sentiment d’appartenance des individus à cet espace, et ainsi que l’amélioration du cadre de vie de la médina peut passer en partie par le développement de ce sentiment chez ses usagers et habitants. Dès lors, nous pouvons nous poser la question suivante : comment permettre le développement d’un sentiment d’appartenance chez tous les habitants et usagers de la médina, même les plus en marge ?

CONCLUSION

Quelle volonté des habitants usagers pour le futur de la Medina ?

A travers cette étude nous avons fait écho aux contrastes entre le passé et le présent de la Médina. Il paraît donc essentiel de clôturer notre analyse en abordant les projections futures des usagers actuels sur cet espace. Comment aimeraient-ils habiter la Médina de demain ? Quelles espérances ont-ils ? Quelles évolutions possibles pour le vivre-ensemble ?

Un des souhaits exposés par la majorité des interrogés est de rendre la Médina plus attractive, et d’y développer une activité touristique. Des exemples de projets concrets ont été évoqués tels que l’aménagement d’un parcours touristique, l’ouverture d’un musée des savoir-faire perdus, et le développement de services payants. Pour toutes les personnes aspirant à ce futur pour la Médina, la restauration et la conservation des bâtiments est un enjeu clé. La patrimonialisation du site est donc vue comme un moyen de valoriser et affirmer ce lieu emblématique de l’identité Sfaxienne, et arabe. La Médina pourrait devenir un atout pour la ville, et pour ces habitants qui en tireraient profit à travers le développement d’activités. Ce souhait fait débat chez certains qui ne veulent pas faire de la médina une vitrine similaire à d’autres espaces très touristiques, ni un lieu sujet à la gentrification.

Enfin, la Médina est perçue comme un espace d’échanges et de sociabilités à conserver, bien que de moins en moins de personnes y logent. L’apaisement entre usagers est un élément essentiel pour son fonctionnement, qui fut aussi abordé dans les projections futures des usagers. Pour plusieurs personnes qui nous ont confié leur récits de vies, seul le temps pourra faire évoluer les mentalités, et développer le sentiment d’appartenance au lieu.

Quelles actions déjà menées ?

La Médina de Sfax, classée patrimoine mondial de l’UNESCO en 2012 conserve une valeur certaine malgré sa dégradation actuelle. Si des programmes de conservation ont été menés, au niveau européen par exemple, avec en 2017 la sélection de la médina au projet SMOT (Sustainable Mediterranean Old Town), la médina est encore aujourd’hui fortement dégradée et cela malgré son statut de patrimoine mondial. La dégradation du bâti et la gestion des déchets sont, comme nous l’avons déjà expliqué, des enjeux centraux pour cet espace puisqu’ils nuisent au cadre de vie de ses résidents, commerçants et visiteurs et engendre des conflits au sein de la population.

S’il est important que chacun se saisisse des enjeux de la préservation de la médina, les habitants n’en sont néanmoins pas les seuls acteurs. L’appui des pouvoirs publics est indispensable à l’amélioration du cadre de vie de la médina, et notamment de son cadre bâti. L’action des pouvoirs publics semble cependant faible, ce qui est déplorée par les habitants et usagers de la médina, qui attendent une prise en main de la gestion de cet espace par le gouvernement central. Une association de sauvegarde de la médina a été créée en 1981 à l’initiative de la municipalité dans un objectif de sauvegarde et de mise en valeur du site, mais ce sont surtout les initiatives issues de la société civile qui sont en marche.

En effet, une dynamique de revitalisation de la médina commence déjà à être lancée grâce au développement d’un tissu associatif local. On peut citer certaines associations qui œuvrent pour la rénovation du bâti de la médina, telles que Bab-ad-Diwan, qui a été fondée en 2011 afin de promouvoir et sauvegarder le patrimoine architectural et patrimonial de la ville de Sfax et de sa médina. Cette association cherche d’ailleurs à “attirer l’attention des pouvoirs publics et de la société civile sur l’intérêt culturel majeur de la ville médiévale et sur l’impérieuse nécessité de la préserver” (babaddiwan.wordpress.com, 2022). Autre exemple, en 2012 l’association “Les Amis de la Médina de Sfax” lançait un appel à projet pour réhabiliter une rue de la médina, ou encore l’association de citoyens Arij El Medina, qui a pour objectif de préserver et mettre en avant le patrimoine que constitue la médina, en intégrant des citoyens dans des projets vertueux.

Sous forme de projets d’investissements, l’association acquiert des biens, les restaurent et les revend par la suite à des acteurs locaux qui peuvent dès lors investir et se réapproprier la médina tout en la préservant. Nous pouvons enfin citer Sfax El Meyzena, association qui promeut la participation des usagers, sur leur cadre de vie, par le biai d’événements qui dynamisent et fédèrent les populations. Plus largement, l’implication de la société civile et notamment de la jeunesse ont été évoqués (lors d’entretiens et de “la nuit de idées”) comme condition nécessaire pour le futur de la fabrique urbaine Sfaxienne. Ces initiatives, mettent en lumière les notions de co-construction et de coopération, entre différents acteurs de la vie de la cité, importantes et dont il est essentiel de s’inspirer pour un développement de la Médina durable et pérenne.

Quels projets futurs ?

Un projet intitulé “Smart Médina” a été lancé et est mené avec l’appui du programme TADAEEM. Ce programme vise à aider la décentralisation de la gouvernance vers les institutions locales tunisiennes, dans le cadre d’un partenariat entre les institutions publiques et privées. Il propose des subventions destinées aux organisations de la société civile. Le projet de Smart Médina s’articule autour de cinq objectifs : participation citoyenne, sensibilisation, renforcement des capacités techniques des services municipaux, recueil de données et mise en place d’un système d’information géographique pour optimiser les services techniques de gestion des déchets, éclairage public, gestion des risques, etc. Le but est d’accroître la participation des citoyens aux affaires municipales, dans une volonté de développement durable d’une stratégie de gestion de la médina et d’une solidarité entre les différents acteurs. Cet exemple illustre une piste de gestion possible de la médina à travers un partenariat renforcé entre les services publics et la société civile, permettant aux associations de mener leurs actions avec un soutien fort de la municipalité et du gouvernement. Il faut cependant rester vigilant au risque de gentrification de la médina qui pourrait être généré par des opérations de réhabilitation.


Toits de la Medina. (L. Marthe-Rose, 2022)

LE MOT DE LA FIN

Ouvrir les frontières pour ouvrir les esprits

Cet atelier, sans qui rien n’aurait été possible grâce au jumelage Grenoble/Sfax, nous a permis de découvrir un pays et une ville, inconnus pour la plupart d’entre nous. Mais, il nous a surtout appris à entrevoir et appréhender des nouvelles manières de comprendre une ville et ses usages. Notre vision de l’urbanisme a été ici de sortir des préjugés et de certaines représentations pour mettre en lumière ce qu’est ’habiter la Médina aujourd’hui. Nous avons souhaité montrer qu’une ville n’est pas que des murs et des architectures mais bien le fruit d’acteurs, de leurs actions et représentations. Si la Médina de Sfax semble être tiraillée et parfois souffrir par les manières dont elle est habitée, elle reste un symbole dont se soucier et à préserver. Afin qu’elle ne soit plus considérée comme un potentiel du passé, nous ne pourrions que souhaiter la participation et la prise en compte de l’ensemble de ces usagers, forts de leurs valeurs et de leur histoire. Ces 5 récits de vie, et toutes les autres rencontres, passionnément riches nous ont ainsi permis, par leur subjectivités et singularités, de dévoiler une réalité de vie de la Médina, lieu qui vous appartient à tous et dont il est nécessaire de prendre soin, autant physiquement que socialement.

Nous tenions à dire grand merci à toutes les personnes qui nous ont accompagné de près ou de loin dans cet atelier : celles qui nous ont livré leur récits, celle qui nous on ouvertes les portes de chez eux, les associations rencontrées, Jihen et Douha les étudiantes qui se sont fortement impliquées et ont été d’un grand aide pour nous, le personnel de la MDF pour son hospitalité, les municipalité de Grenoble et de Sfax et les universités tunisiennes et françaises impliquées sur cette coopération. Nos professeures Karine et Kirsten, pour leurs confiance et conseils, nos encadrants Noa, Théo qui ont été des épaules et des soutiens majeurs pour nous. Merci Sfax pour cet accueil chaleureux, et au plaisir de vous rendre la pareille en France.

MERCI AUX PARTENAIRES

BILBIOGRAPHIE

Berry-Chikhaoui, I., 2009, Les notions de citadinité et d’urbanité dans l’analyse des villes du Monde arabe

Gervais-Lambony P., 2001, La citadinité, ou comment un mot peut en cacher d’autres…,

in Dorier-Apprill É. (dir.), Vocabulaire de la ville – notions et références, Paris, Éditions du temps

Miossec, J.M, 1985, Urbanisation des campagnes et ruralisation des villes en Tunisie

Raibaud Y., 2011, Géographie socioculturelle, Logiques Sociales, Paris, L’Harmattan

Safar Zitoun, M., Urbanité(s) et citadinité(s) dans les grandes villes du Maghreb

Ben Fguira, S., 2020, Les modes d’habiter dans le Grand Sfax. Laboratoire SYFACTE

SITOGRAPHIE

https://whc.unesco.org/en/tentativelists/5689/

https://www.tunisie-actualite.com/association-de-sauvegarde-de-la-medina/Annuaire- entreprises_16840_8197_17_1.html

http://sfax-medina.org/?page_id=30

http://arijeelmedina.tn/

http://adss.tn/projet-smart-medina/



Citer ce billet
m2trust2022 (2022, 29 juin). Habiter la medina de Sfax : Regards croisés sur la citadinité et le vivre ensemble. Coopérer : Grenoble-Sfax. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/p5js

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search