Le littoral sfaxien de Sidi Mansour à Mahares : entre ruptures et reconquêtes

Thématique : Patrimoine, Plage du Casino, Reconquête du front de mer par la société civile

Etudiant·es : SELLAMI Thomas, GAUDEBERT Charlène, LE FELLIC Valentine, MAKAROVA Anna, MAHE Samy, FUGIER-GARREL Maxime, Omayma MTIBAA, Melik GRIWI, Asma GHRIBI, Montassar BAHROUN

Encadrantes : Karine BASSET & Noa SCHUMACHER

REMERCIEMENTS

A l’issue de cet atelier de coopération Grenoble – Sfax, nous tenions à remercier toutes les personnes qui ont contribué à sa réalisation et son succès.

Tout d’abord, un grand merci à l’équipe enseignante grenobloise de l’Institut d’Urbanisme et de Géographie Alpine : Noa SCHUMACHER, Théo MAURETTE, Kirsten KOOP et Karine BASSET pour leur accompagnement et disponibilité en amont et à Sfax durant ces 10 jours.

Nous tenons également à remercier le professeur et encadrant sfaxien Sami BEN FGUIRA pour son apport crucial lors de nos études de terrains et ses réponses toujours riches à nos questions toujours plus nombreuses. Surtout, nous remercions les étudiants sfaxiens qui nous ont aidé et accompagné durant ce séjour et avec lesquels nous avons tissé des liens d’amitié : Asma GHRIBI, Omayma MTIBAA, Melik GRIWI et Montassar BAHROUN.

Enfin, nous sommes reconnaissants envers les acteurs sfaxiens que nous avons eu la chance de rencontrer pour leur temps, leur disponibilité et leur apport essentiels à la réussite de notre projet : Mohammed ALOULOU, Abdou Chakchouk et Habib DLENSI.

Nous remercions aussi toutes les personnes présentes lors de la séance de restitution de notre travail à la salle des fêtes de Sfax pour leur présence et leur participation précieuse.

Chapitre 1 : Démarche et méthodologie, l’influence du terrain

Une démarche évolutive : de la théorie au terrain, de Grenoble à Sfax

Notre approche de la thématique du rapport entre ville et mer a évolué au fur et à mesure du semestre. Dans un premier temps, nous nous sommes acculturés à notre sujet au travers de recherches bibliographiques réalisées à Grenoble. Ces lectures d’articles scientifiques, de journaux, de sites web et de données officielles nous ont permis de constater l’existence de plusieurs ruptures entre la ville de Sfax et la mer. En effet, le littoral de la ville de Sfax est majoritairement occupé par des zones industrialo-portuaires mais également des friches avec le projet Taparura. A partir de ces éléments, nous avions construit notre problématique autour de l’analyse des visions et des discours sur l’héritage industriel de la ville pour comprendre le rapport des Sfaxiens à la mer.

Le 17 mai 2022 : Première journée de terrain à Sfax

Voilà deux petits jours que nous sommes arrivés à Sfax. Après une première nuit écourtée par l’arrivée tardive au petit matin du lundi 16 mai, nous commençons à prendre nos repères dans la ville. Aujourd’hui, notre objectif est de parcourir à pied la route menant à la plage du Casino depuis le centre-ville. A 9H du matin, nous retrouvons devant notre hôtel les étudiants Sfaxiens qui paraissent étonnés de cette envie d’aller à pied jusqu’à la plage du Casino. Et pour cause, la traversée de la ville jusqu’à la mer est inconfortable voire même périlleuse. Les trottoirs ne jalonnent pas l’ensemble du trajet, nous sommes parfois contraints de marcher sur la route. Cette route qui traverse un chemin de fer et un carrefour dangereux traverse ensuite une zone industrielle pendant plus de 20 minutes. En plus de n’apercevoir que rarement la mer, pourtant si proche, ce dernier kilomètre de marche s’effectue en plein soleil et dans la poussière remuée par la foule de camions qui passent juste à côté de nous.

Première vision de la mer sur le chemin qui mène à la plage Casino
Traversée du chemin de fer qui marque l’entrée sur le chemin en ligne presque droite vers la plage Casino

Enfin, nous voilà arrivés à la plage du Casino. Une promenade munis de bancs et de quelques arbres où quelques chiens errants trouvent refuge à l’ombre. Quelques téméraires baigneurs qui ne craignent pas les dangers d’une eau polluée. D’autres pêchent à la ligne et au filet. Et puis des gens, dans leurs voitures et sur la jetée qui viennent tantôt seuls, en couple ou entre amis profiter du paysage en grignotant peut-être les fritures de poissons vendus sur place.

Les étudiants Sfaxiens nous racontent leurs récits sur la plage du Casino. A leur contact, nous en apprenons plus sur le rapport à la mer des Sfaxiens. Comme nous l’avions vu lors de nos lectures, ces derniers aiment se rendre dans des plages en périphérie de Sfax au nord mais aussi au Sud comme au nouveau Chaffar.

Après cette première journée de terrain à Sfax, nous avons constaté de nos propres yeux les ruptures entre la ville et la mer à Sfax. Une expérience qui nous a montré l’inconfort,le danger parfois mais surtout l’invisibilisation de la mer. En échangeant avec les étudiants sfaxiens, ceux-ci nous parlent d’une multitude de lieux que les habitants de Sfax aiment fréquenter. Ensemble nous voyons l’opportunité d’étendre le champ spatial de notre étude en passant d’une focalisation sur des sites ponctuels définis à Grenoble, à une analyse en continu du littoral Sfaxien depuis Sidi Mansour au nord à Maharès au Sud. Ainsi, d’une démarche centrée sur Sfax et son rapport à l’héritage industriel, nous avons basculé vers une approche du rapport à la mer par les usages et les pratiques étendu sur l’ensemble du littoral.

Nouvelle problématique :

Comment l’étude des usages et pratiques de la mer sur le littoral étendu

de Sfax témoignent d’un renouvellement des rapports à la mer ?

Méthodologie : des entretiens à l’observation

Dans cette étude, contrairement à la pratique courante, nous utilisons les termes “sfaxiens et sfaxiennes” pour désigner les habitants et habitantes de Sfax, et non pour faire référence aux grandes familles de la ville.

Tout comme notre démarche de travail, notre méthode d’analyse a également évolué. Avant d’arriver à Sfax nous nous étions axés sur l’analyse des temporalités à partir d’un nombre de terrains restreint, avec la volonté de réaliser un certain nombre d’entretiens. Cependant avec l’élargissement de notre périmètre d’étude, cette analyse n’était plus envisageable, et nous avons adopté une méthodologie basée sur l’analyse des spatialités. Pour réaliser cette analyse, nous avons choisi deux techniques d’enquêtes à savoir la réalisation d’entretiens avec différents acteurs et l’observation non participante des différents espaces littoraux choisis. Le champ spatial de notre étude s’étend ainsi de Sidi Mansour au Nord de Sfax à Mahares au Sud. Durant cet atelier, nous avons tenté d’explorer l’ensemble du littoral en étant le plus exhaustif et continu possible.

Nous avons défini une grille d’observation, basée sur 3 thématiques :

ACCESSIBILITÉ AMBIANCES USAGES
Organisation spatiale Moyens de transports Articulation des lieux Vidéos Récolte d’objets Prises de sons Photos Quelles pratiques ? Quelles activités ? Par qui ?

L’accessibilité des lieux étudiés est également un facteur important dans le choix que font les habitants quand ils veulent se rendre sur le littoral. Nous nous sommes intéressés à l’accessibilité des différents lieux étudiés en termes de moyens de transports, d’organisation spatiale, d’infrastructures. A travers l’étude des ambiances nous avons voulu rendre compte des différents ressentis des espaces littoraux. Cela passe par la prise de photo et de vidéos pour capturer l’essence du lieu avec notamment la prise de son mais aussi la récolte des objets pour le côté tactile. Enfin, l’étude des usages permet de restituer les usages et pratiques sur l’ensemble des espaces littoraux pour pouvoir ensuite les catégoriser et les comparer.

Outils

Afin de récolter des données sur ces trois thématiques principales par l’observation, nous nous sommes appuyés sur plusieurs outils. En effet, étant donné que notre équipe était composée d’un assez grand nombre de personnes et que nous nous divisions pour couvrir plus de terrain, il nous a fallu penser à des moyens partagés de récolter des données pour qu’elles soient comparables et donc traitables.

Les cartes mentales

Pour récolter les données sur ces 3 thématiques principales et ensuite les analyser nous avons adopté la méthode de la création des cartes mentales. La représentation subjective de l’espace ou de trajet parcouru en forme de dessin nous a permis de comparer les perceptions et ambiances différentes, ressortir les éléments marquants et les enjeux de l’espace parcouru.

Carte mentale réalisée par une personne du groupe sur le trajet Hotel Thyna → Plage Casino

Les Schémas horizons

Si les cartes mentales nous ont été utiles lorsque nous étions tous ensemble sur le même terrain d’observation, il nous fallait aussi un autre outil pour pouvoir formaliser nos observations lorsque nous nous divisions pour enquêter sur des terrains différents. Pour ce faire, nous avons opté pour la réalisation de schémas horizons. Cette appellation nous est propre mais les connaissances sur lesquelles nous nous sommes appuyées pour mettre en place cet outil d’observation relèvent de l’urbanisme. En effet, ces schémas permettent à la fois de recenser les pratiques observées sur des portions du littoral en les spatialisant précisément ainsi que de récolter des informations sur l’environnement, le cadre paysager plus lointain dans lesquels ces activités prennent place.

L’observateur se positionne face à la mer et recense ses observations par zones délimitées horizontalement. En haut de la demie-feuille A4 définie comme support du schéma, tenue en format paysage, est dessinée la ligne d’horizon. La particularité de ce schéma tient notamment dans le fait que l’observateur va aussi s’attacher à représenter les éléments qui sont derrière lui, ces derniers figurant en bas du schéma.

Ainsi, cet outil permet de formaliser la récolte de données de manière à les comparer, l’objectif in fine étant de pouvoir mettre en relation les usages et les ambiances du littoral de Sidi Mansour au Nord à Maharès au Sud.

Par exemple, la comparaison des schémas horizons de la plage du Nouveau Chaffar (à gauche) et de la promenade Casino (à droite) met en évidence la différence d’espace consacré à la baignade et à la plage, mais aussi la différence de cadre puisque derrière la plage se trouvent des maisons estivales alors qu’à la promenade du Casino, c’est le port industriel qui est visible en fond.

Exemple schéma horizons : Promenade du Casino
Exemple schéma horizons : Plage Nouveau Chaffar

 

 

Chapitre 2 : LA FRESQUE

Présentation de la fresque

Afin de représenter au mieux les ambiances, les pratiques et les usages du littoral allant de Sidi Mansour (kilomètre 15) à Maharès (kilomètre moins 30), nous avons réalisé une fresque. Reprenant l’idée d’un transect du littoral, notre but était de restituer de façon graphique les éléments obtenus sur le terrain qu’ils soient sensibles ou quantitatifs. Afin d’obtenir une meilleure visibilité tout en conservant un niveau de détails élevé, la fresque se découpe en trois échelles différentes. La première échelle plus large retrace le littoral de Sidi Mansour à Mahares tandis que la deuxième échelle effectue un zoom sur Sfax. Ce zoom permet de détailler les différents éléments qui constituent le rapport Sfax/Mer notamment par la zone industrialo-portuaire ou encore la plage du Casino. Enfin, la dernière échelle permet de mettre en avant notre travail de terrain sur les îles Kerkennah, connues pour leur géomorphologie spécifique, elles permettent de mettre en avant différentes pratiques du littoral qui se différencient de celles de Sfax.

Nous avons récupéré dans cette étude la manière d’exprimer les distances que nous avons entendue chez une majorité de Sfaxiens et de Sfaxiennes. Le centre ville de Sfax correspond au kilomètre zéro. Ensuite, la distance entre les villes au Nord et au Sud de Sfax est calculée en fonction, c’est à dire que Maharès se situe au kilomètre -30, puisque qu’elle est à 30km au Sud de Sfax alors que Sidi Mansour est au kilomètre 15 puisqu’elle est située à 15km au Nord du centre de Sfax.

Plus qu’une simple retranscription des usages et pratiques, notre fresque a vocation à problématiser le rapport entre ville et mer notamment par le biais de la légende, point névralgique de notre travail. Cette fresque est nourrie par nos recherches en amont à Grenoble ainsi que par nos études, nos observations et nos expérimentations sur le terrain.

Une histoire controversée du rapport à la mer à Sfax

Dans un premier temps, un diagnostic de la rupture ville/mer entre la ville de Sfax et son littoral a été réalisé. C’est notamment suite à notre première observation du chemin de l’hôtel Thyna jusqu’à la plage du Casino que les ruptures nous sont apparues de manière significative. Ainsi sur le zoom de Sfax, nous avons réalisé différents aplats de couleurs afin de mettre en avant les différentes zones qui composent le littoral de Sfax et qui créent ces ruptures avec la ville. Que ce soit le port de pêche, le port de commerce ou encore la zone Taparura, ce découpage nous montre les ruptures spatiales et physiques entre la mer et Sfax.

Cette rupture est notamment le fruit de l’héritage industriel sfaxien qui reste aujourd’hui toujours visible tout au long du littoral. De plus, le processus d’urbanisation avec le centre urbain, la ville européenne et surtout l’étalement urbain a provoqué en même temps des séparations entre ville et mer. C’est notamment le cas sur la route menant à Sidi Mansour où l’accès à la mer est quasi inexistant tant les propriétés privées se sont étalées le long du littoral.

Partie I de la légende

Diagnostic du littoral de Sidi Mansour à Maharès : réalisation d’un profil

Nous avons ensuite réalisé un diagnostic des différentes ambiances et activités que nous avons pu observer durant notre travail sur le terrain. Ce travail s’est étendu sur d’autres zones plus ou moins éloignées de Sfax, nous permettant ainsi d’observer une variété d’usages et d’être ainsi témoins de nouveaux rapports à la mer. Cette fresque représente donc ici de différents rapports entre ville et mer que nous n’avions pas pu observer à Sfax même.

Ainsi, comme le montre la légende ci-contre, nous avons symbolisé les différents usages du littoral par des pictogrammes. Les verts symbolisent toutes les activités liées aux loisirs et au tourisme, tandis que les violets se rapportent à l’économie halieutique. De plus, nous avons voulu faire de notre fresque un outil intéractif en rendant compte des différentes ambiances des lieux étudiés via des QR codes qui renvoient à des enregistrements sonores ou des vidéos.

Ainsi, pour chaque espace représenté sur la fresque correspondent les pictogrammes, c’est-à-dire les usages, et les QR codes, c’est-à-dire les ambiances, que nous avons observé ou dont on nous a témoigné lors de cet atelier.

Partie II de la légende

Par exemple, comme l’illustre la photo de la fresque ci-contre, on retrouve un café- restaurant, des balades à cheval ou encore de la pêche au filet sur la plage de Chaffar.

Une reconquête du littoral par l’émergence de niches

Ce que l’on entend ici par niches, ce sont toutes les initiatives de la société civile en faveur d’une certaine forme de reconquête des espaces littoraux par la ville et les habitants. Ces initiatives de la société civile peuvent parfois être accompagnées et soutenues par d’autres acteurs, publics ou privés, comme par exemple la municipalité de Sfax qui a participé au nettoyage et à l’aménagement de la plage du Casino. Mais ces initiatives peuvent aussi être informelles et ponctuelles: c’est ce que représentent les punaises de différentes couleurs sur la fresque. En effet, nous avons pu observer de nouveaux usages à certains endroits qui peuvent s’apparenter à des formes d’appropriation habitantes. C’est le cas par exemple sur les trois jetées de l’autre côté de la plage du Casino, du côté du port de pêche. De nombreux jeunes viennent ici pour sauter dans l’eau, alors que c’est la plage qui a été réaménagée par la société civile. On constate ainsi que certains usages se font de manière plus informelle et ne sont pas toujours prévus par les aménagements. Ils représentent cependant une véritable forme de reconquête et d’appropriation des espaces littoraux à Sfax et aux alentours.

Partie III de la légende

CONCLUSION

Cette fresque nous permet d’identifier un mouvement de double ouverture. En effet, nous observons en premier lieu une volonté émanant des sfaxiens et des sfaxiennes de retrouver un lien physique avec la mer et donc de réappropriation du littoral de Sfax auparavant accaparé par les industries. Plusieurs éléments témoignent de cela. Tout d’abord, les habitants s’éloignent de Sfax pour aller profiter de la mer : Nouveau Chaffar tient à la fois son origine d’un phénomène naturel qui a résulté en la formation d’une nouvelle flèche littorale à côté de l’Ancien Chaffar et à la fois de la demande des habitants de sfax à se rapprocher de la mer, pour pouvoir s’évader une journée ou par la possession de maisons estivales. Ensuite, nous remarquons plusieurs initiatives à Sfax même comme la réhabilitation de la plage Casino qui proviennent de la société civile et qui sont aujourd’hui soutenues par des habitants et habitantes qui, comme l’a mis en lumière un des groupes de travail, ont des souhaits affirmés et variés pour le réinvestissement du littoral. Enfin, nous trouvons pertinent de soulever ici la place des jeunes dans ce renouvellement. Beaucoup de mouvements ponctuels d’appropriation informelle de lieux semble surgir des jeunes, surtout de jeunes hommes qui investissent des espaces littoraux de nouveaux usages. C’est le cas pour l’appropriation des trois jetées derrière la promenade du Casino ou encore de la passerelle de Chott El Krekna utilisée comme un plongeoir.

Mais ce mouvement ne s’effectue pas seulement dans cette direction. En effet, nous observons, en second lieu, l’existence d’une volonté émanant cette fois des structures du littoral de s’ouvrir vers la ville, de toucher les habitants. C’est le cas notamment des Salines de Sfax, qui, depuis peu entretiennent la volonté et se donnent les moyens de s’ouvrir aux visiteurs ainsi qu’à la protection de l’environnement exceptionnel de leurs marécages. Sur d’autres points, la ville de Maharès peut aussi être prise en exemple. Effectivement, de nombreux évènements culturels y sont amenés et le littoral est adapté à accueillir cette nouvelle foule qui vient pour la fête des couleurs ou le festival international des arts plastiques.

Nous avons choisi, pour des raisons de clarté de la fresque, de ne pas représenter les zones poldérisées, c’est-à-dire gagnées sur la mer par assèchement. Pourtant, phénomène important à Sfax de part l’étendue du terrain qu’elles concernent, elles constituent un enjeu à part entière qui implique un certain rapport à la mer. En effet, gagner du terrain sur la mer montre la volonté de la ville de s’étendre vers la côte, avant pour pouvoir installer des industries, aujourd’hui pour avoir des espaces libres proches du littoral. Si la moitié des Salines ont été gagnées sur la mer, il ne faut pas oublier que c’est aussi le cas du sol qui accueille la promenade du Casino ainsi qu’environ la moitié du site du projet Taparura. Comme tout zone avancée sur la mer, ces deux derniers terrains sont unis par un même enjeu : l’érosion. Ainsi, nous n’avons pas exposé cet aspect du rapport à la mer : la conservation du territoire littoral qui constitue une autre piste de travail.

Ensuite, faute de de temps et de connaissances sur ces sujets, nous sommes passés au-delà d’une certaine caractéristique du littoral Sfaxien qui est aussi une terre majeure de migration étant donné son délaissement et sa proximité avec l’Europe.

Ainsi, nous remarquons que le littoral de Sfax est un territoire au cœur d’enjeux variés. S’y pencher nécessite de l’envisager comme scène de phénomènes politico-socio-spatiaux mais aussi comme terre d’enjeu dans l’action pour l’environnement et dans les flux migratoires.

POSITIONNEMENT

Ce travail est aussi conditionné par la posture choisie et grandement teinté par la coopération dont nous avons fait l’expérience durant ces 10 jours de terrain.

A Grenoble, suite à la lecture des rapports précédents nous avons réalisé qu’il était judicieux de réfléchir à la manière dont nous nous positionnons pour ce travail. En effet, en prenant du recul par rapport à nos connaissances de la ville et à la durée du travail de terrain, nous avons essayé d’adopter une posture d’humilité qui, selon nous, était de mise. Ainsi, ce travail n’a pas la prétention de révolutionner quoi que ce soit. Il constitue une pierre à un édifice plus large construit au fil des années de coopération. Ce que nous espérons apporter dans ce travail n’est pas majoritairement constitué de connaissances puisque que nous ne prétendons en savoir plus que les sfaxiens et les sfaxiennes sur leur littoral en quelques jours de terrains, même en un semestre de travail. Dans ce sens, nous n’avons pas cherché à donner à voir toutes les pratiques que nous savons changeantes selon les saisons mais à saisir et rassembler celles dont nous avons été témoins et celles qui nous ont été rapportées à un moment donné. En effet, nous pensons que ce sont nos regards d’urbanistes qui à la manière dont l’envisage John Dewey permettent de prendre du recul, de juxtaposer des connaissances à une échelle plus globale. L’objectif vers lequel nous espérons tendre tiendrait dans l’institution de dialogues ou de débat autour de ce support qui rend apparent les similitudes, les différences et la spatialisation fine des usages, des ambiances et de l’accessibilité de la portion du littoral étudiée.

Enfin, la coopération constitue une deuxième facette de la posture adoptée. En effet, c’est en choisissant de vivre cette coopération que nous avons découvert la richesse de cette expérience tant humaine que théorique et pratique. Ainsi, c’est en travaillant avec les étudiants et les étudiantes de Sfax que nous avons ensemble, redéfini un cadre et une méthode de travail afin de tirer parti au maximum du voyage d’étude de terrain qui nous était proposé.



Citer ce billet
Noa Schumacher (2022, 8 juillet). Le littoral sfaxien de Sidi Mansour à Mahares : entre ruptures et reconquêtes. Coopérer : Grenoble-Sfax. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/p5jv

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search