La visibilité de l’apport des femmes à la vie urbaine

Thématique : Entreprenariat, Genre, Espace public

Etudiant·es :

Emma PEDREGAL, Lucie JEAN, Rémi LARROUY et Axelle CASTANET (IUGA-Master TRUST)

Amira BOUJLIDA, Amira KIDAR, Ahmed SAGHOURI, Dhouaha MHIMID, Eya OMRANE, Khadija ABBASSI, Youssfi SEMEH (du département de géographie de l’Université de Sfax-Master SIG)

Encadrantes : Karine BASSET & Noa SCHUMACHER (IUGA) ; Emna FRIKHA (Univ. de Tunis)

Pour présenter notre travail et ses résultats nous avons choisi de réaliser un journal que vous pouvez retrouver ici.

  • Avant Sfax : Comprendre les enjeux de la thématique et préparer le terrain

À partir d’une thématique large « l’apport des femmes à la vie urbaine », nous nous sommes d’abord intéressés aux femmes tunisiennes : leurs droits, leurs évolutions et leurs places dans la société. En groupe, nous avons réalisé plusieurs brainstormings afin de comprendre au mieux les enjeux actuels et les moyens des femmes tunisiennes.

Par la suite, nous avons pris contact avec l’une des encadrantes tunisiennes de l’atelier d’urbanisme Grenoble-Sfax : Emna Frikha. Dans ces travaux universitaires, Emna étudie l’usage genré de la ville. À la suite de cet entretien très riche, nous avons décidé d’orienter notre travail sur l’entrepreneuriat féminin et les moyens par lesquels il se développe à Sfax. Par ailleurs, nous nous sommes entretenus avec Paola Flores, une sociologue mexicaine spécialisée dans les questions de genre. Cette dernière a travaillé pour de nombreux projets de développement au cours desquels elle a été amenée à traiter des questions d’entrepreneuriat féminin.

La préparation du travail de terrain a également consisté à recenser les différentes structures et personnes que nous souhaitions rencontrer pour nos entretiens et à préparer des guides d’entretien.

  • A Sfax : Séjour de terrain

Notre séjour sfaxien a débuté par la rencontre et de premiers échanges avec les étudiant.e.s tunisien.ne.s.  Très rapidement, nous nous sommes immergés ensemble dans la Médina, le centre ancien de la ville. À travers cette première expérience de terrain, nous avons pu mettre en valeur l’un des axes structurant de notre étude : la visibilité, ou plutôt : l’invisibilité des femmes à la vie urbaine. Nos enquêtes de terrain ne se sont pas concentrées que dans la Médina, nous avons rencontré des femmes entrepreneuses dans d’autres espaces de la ville. 

Sur place, nous avons alterné les entretiens spontanés et les entretiens plus formels. Notre méthode d’enquête a été adaptée pour prendre en compte les contraintes du terrain (par exemple : la disponibilité des enquêtées).

La collaboration avec les étudiant.e.s sfaxien.ne.s a nécessité qu’on organise des temps d’échange régulier notamment sur les objectifs des sorties de terrain. Leurs présences ont également été essentielles pour conduire en arabe les entretiens à la volée dans la Médina.

Outre les entretiens, nos recherches se sont nourries d’observation sensible : en prêtant attention aux ambiances et aux sons. Cela nous a conduits à prendre des enregistrements et des photographies des différents espaces que nous avons pu réutiliser pour notre analyse et également pour rendre compte de nos travaux.

Durant les entretiens, nous avons également proposé aux enquêtées de réaliser des cartes mentales. Ces dernières nous ont apporté des informations sur les déplacements des femmes, leurs contraintes et le choix du lieu de l’implantation de leur commerce.

Notre travail s’est poursuivi par la réalisation d’une carte des incubateurs. Les difficultés éprouvées pour la réaliser mettent en lumière la complexité pour trouver des informations sur les incubateurs à Sfax.

Nous avons également fait circuler un questionnaire numérique sur l’entrepreneuriat auprès des étudiants tunisiens afin de comprendre comment ce type d’activité est perçu par la nouvelle génération. Ce sont majoritairement des jeunes étudiantes qui y ont répondu.

Enfin, nous avons rédigé une synthèse conclusive destinée à la municipalité de Sfax avec des préconisations, visant  à améliorer la place des femmes dans la vie urbaine (d’un point de vue social, économique et répondant donc à des enjeux urbanistiques). Le Journal des femmes de Sfax que nous avons rédigé et mis en forme présente les entretiens que nous avons réalisés.

  • La restitution à Sfax : dernières discussions in situ

Le séjour sfaxien c’est conclut par un temps de restitution de notre travail de terrain avec les étudiant.e.s et les acteurs et actrices rencontré.es, durant lequel nous avons proposé un atelier en plusieurs étapes, pour continuer d’échanger sur notre problématique.

Dans une première étape, le public était invité à regarder des photographies de la Médina montrant des femmes en arrière-boutique. Simultanément, le public pouvait entendre une sélection de nos enregistrements sonores également pris à la Médina. Par la suite, un échange avec le public permettait de mettre en exergue les contrastes et les différents points de vue sur le décalage entre les images et les sons.

Dans un second espace, nous présentions les premières parties du journal que nous avons produit à partir des entretiens réalisés. Nous avons poursuivi ce travail de restitution au travers d’un journal, une fois de retour à Grenoble.

  • Après Sfax : Mise en forme et restitution des résultats

Une fois à Grenoble, nous avons pu finaliser notre journal et mettre à plat l’ensemble des données produites. Nous avons notamment pu finaliser l’analyse des entretiens et mené l’analyse des réponses aux questionnaires que nous avions diffusés auprès des étudiant.e.s. Notre travail se concrétise par la présentation du journal sur ce blog, ainsi qu’à l’exposition “Sfaexpériences” (du 7 au 26 avril 2023 – Maison de l’international, Grenoble), ainsi que par un rapport technique à destination de la municipalité de Sfax.

CONCLUSION

Nous avons pu constater un intérêt porté par les femmes tunisiennes pour l’entrepreneuriat et les diverses formes d’engagement associatif. Cet intérêt est très fort mais peut être drastiquement limité par plusieurs facteurs, relevant des contraintes familiales reposant sur les femmes, de l’organisation de l’espace et des mobilités, et des mœurs (comme le patriarcat). Néanmoins, de nombreuses structures favorisent l’entrepreneuriat féminin comme les incubateurs et les associations. Notre étude a montré que des améliorations étaient possibles, tant en termes d’aménagement de l’espace que d’organisation des mobilités ou d’offre de service et d’accès à la formation.

Remerciements

Nous remercions les différentes personnes qui nous ont accordé du temps et permis d’enrichir nos recherches : Ouméma Bouassida, Dalel Krichen, Imen Khanfir, Aicha Frikha, Mahassen Keskes, Sana Taktak Keskes, Wafa Fakhfakh, Salma Ellouze, Myriam Amous et Paola Flores. Nous remercions également les étudiants sfaxiens avec qui nous avons travaillé. Enfin, nous tenons particulièrement à exprimer notre gratitude à Emna Frikha, la doctorante qui nous a encadrée de septembre à février de Grenoble (à distance) à Sfax avec beaucoup de bienveillance et de disponibilités.

Sources

  • DI MEO Guy.
    • 2011. Les murs invisibles. Femmes, genre et géographie sociale. Paris, Armand Colin, coll. Recherches, 344 p.  
    • 2012. « Les femmes et la ville. Pour une géographie sociale du genre », Annales de géographie. vol. 684, p. 107-127.
  • DUROCHER Anouk. 24/02/2021. « Drop the mic : arts urbains et féminisme dans la Tunisie post-révolutionnaire – Manifesto XXI  »,  Manifesto XXI.
  • FRIKHA Emna. 2018. « L’usage de la ville de Sfax par le genre : entre ancrage social et inégalités de pratiques spatiales : représentation de l’espace public et l’espace privé à partir d’une analyse cartographique », Sciences et Pratiques des Activités Physiques Sportives et Artistiques. n°14, p. 79-91.
  • MANAÏ Bochra. 2021. « Conditions sociales des femmes dans la Tunisie contemporaine : entre symbolisme féministe et justice spatiale. », Hérodote. n°180, p. 115-130.
  • OUANADA Halima. 2021. « Citoyenneté et droits des femmes en Tunisie », Mimesis Journals. n°1, p. 67-82.
  • SUGIER Clémence. 1980. « Comment les Tunisiennes posent elles-mêmes leurs problèmes » (Compte-rendu de la thèse de Souad Chater : La femme tunisienne, citoyenne ou sujet ?), Cahiers de la Méditerranée, Recherches d’ethno-sociologie maghrébine. n°20-21.


Citer ce billet
Promotion UCI (2023, 5 avril). La visibilité de l’apport des femmes à la vie urbaine. Coopérer : Grenoble-Sfax. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/p5k0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search