Le récit des transformations urbaines du quartier d’El Jadida. 

Thématique : Récit urbain, Quartier d’El-Jadida, Discours des acteurs du projets

Etudiant·es : BOEUF Célia, LEGER Charlie, HAMMOUTENE Dounia Janina, QUERARD Maëlys, REY Clémence, GRIWI Melik

Encadrantes : Karine BASSET & Noa SCHUMACHER

1.  L’enjeu des récits et discours comme entrée dans la recherche. 

Temps et interventions humaines façonnent un territoire, lui faisant subir des transformations tant au niveau morphologique que social. Ce sont ces transformations qui constituent l’objet de notre intérêt. La ville de Sfax n’échappe pas à ces transformations, depuis plusieurs années le paysage urbain Sfaxien est en perpétuel changement : de la banlieue pavillonnaire à l’apparition d’habitats construits par les habitants en passant par les grands projets d’aménagement.  Avec notre volonté de “faire parler’’ les transformations de la ville, nous avons recentré notre approche sur les récits, comme objet d’étude principal. Par le récit, nous voulons faire ressortir les points de vue, peu entendus, des habitants. La notion de récit est à relier, mais aussi à distinguer d’une autre notion importante, celle du discours.  Nous entendons ici le discours comme l’expression réfléchie, orale ou écrite d’un point de vue, d’un état d’esprit, formulé par un acteur public, politique ou universitaire. C’est un concept qui emprunte des traits à la politique, à la psychologie. Pour cela, nous chercherons à exposer l’existence d’un discours politique. 

2. Le quartier d’El Jadida, l’espoir d’une nouvelle centralité. 

Le quartier d’El Jadida incarne un espace d’analyse intéressant, car il n’a jamais été exploré par les ateliers de coopération antérieurs contrairement à d’autres lieux phares de Sfax tel que la Médina. Historiquement, le quartier d’El Jadida est situé entre la médina et le début des vergers, El Jadida était principalement doté d’un cimetière et de quelques aménagements ferroviaires. D’un point de vue économique, le quartier était constitué majoritairement de petits ateliers et commerces, mais l’espace restait très hétérogène, car les constructions et l’organisation étaient précaires. Le discours officiel à propos d’El Jadida souligne l’absence de cadre et d’aménagements sains. C’est donc à partir d’une vision hygiéniste, mais aussi capitaliste que le quartier d’El Jadida devient le nouvel objectif d’aménagement de la ville de Sfax. De nos jours, le projet semble fragile, malgré la diversité de services implantés qui en font une centralité majeure de la ville de Sfax. En effet, après plusieurs années d’investissements économiques, nous pouvons constater qu’un grand nombre de commerces fuient pour s’installer le long des grands axes routiers. De plus, nous constatons que plusieurs projets n’ont pu aboutir, car le quartier est constitué d’hôtels, mais aussi d’autres immeubles inachevés, voire abandonnés. En face de la mosquée, la construction est globalement finie et de nombreux autres bâtiments sont réservés à des usages médicaux. L’aménagement de ce quartier est aussi une source de conflit marquée entre la population et les décideurs. Pour une partie de l’électorat de gauche, l’ambition politique à propos du quartier d’El Jadida  représente une entrée pour le capitalisme, car il s’agit d’un moyen pour accroître l’importation de produits manufacturés de mauvaise qualité au sein de la ville de Sfax et du pays. Il est important de noter que malgré cette contestation, les prix du foncier ont explosé à El Jadida puisqu’ il s’agit des mètres carrés les plus chers de la ville, passant d’environ 600 dinars dans les années 1990 à 2000 dinars. 

fig. 1, 2 et 3, Cartes réalisées à partir d’archives sfaxiennes et de documents d’urbanismes officiels fournis par les élus locaux suite à nos entretiens in situ.

3. Reconstruction des récits et des discours: un séjour, de nombreuses rencontres

En amont, nous avons effectué plusieurs entretiens avec des universitaires afin de mettre au point notre protocole d’enquête. Cette préparation s’est aussi faite par la lecture d’articles scientifiques à propos de Sfax, mais aussi de techniques d’entretien innovantes qui traitent d’une approche plus sensible de l’espace. 

Notre expérience sur place commence dès le premier jour par des observations et une exploration de notre terrain. Le projet d’aménagement du quartier d’El Jadida est aujourd’hui à l’arrêt. Nous avons choisi de nous rendre dans le secteur appelé “Pic ville” qui constitue la cinquième et dernière phase du projet. De façon générale, nous avons constaté qu’El Jadida est un quartier qui dispose de plusieurs espaces dont l’aménagement reste en suspens. Malgré une attractivité du quartier pour des bureaux d’affaires et les professions libérales, plusieurs immeubles ne sont toujours pas achevés. De plus, l’absence de stationnement rend le déplacement dans l’espace  difficile, tant pour les voitures que pour les piétons.

Quartier de Pic ville, SFAX. crédit photo C. Boeuf
Quartier de Pic ville, SFAX. crédit photo C. Boeuf

Lors des trois premiers jours, nos interactions avec des habitants et artisans dans l’ensemble du quartier ont mis en évidence des problématiques urbaines que nous n’avions pas anticipées. Cette première approche directe concrétise nos réflexions sur ce quartier et nous guide pour les jours à suivre. Les problèmes de congestions des voitures et de pollution sont notamment les problématiques les plus mentionnées par les sfaxiens concernant cet espace.  La découverte du récit des habitants passe aussi par les échanges avec les étudiants sfaxiens. En marchant avec eux, nous découvrons des traces du passé au cœur du centre-ville.

Mausolée de Cheikh Sidi Ennouri, El-Jadida, Sfax. crédit photo C.Rey
Traces de l’ancien chemin de fer de SFAX. crédit photo C.Rey

Notre travail vise à confronter les perceptions des acteurs (professionnels et élus), à travers leur discours et les récits, des habitants sfaxiens. C’est pourquoi, au fil des jours, nous avons cherché à entrer en contact avec divers acteurs et élus qui ont pris part à l’aménagement du quartier d’El Jadida. Cette première approche des “discours” concernait davantage l’histoire de l’aménagement urbain du quartier d’un point de vue politique ou architectural. Néanmoins, rencontrer un large panel de professionnels fut intéressant dans la construction de notre réflexion. Nous avons pu mettre en parallèle divers points de vue, parfois rigoureusement opposés selon la profession et le rang occupé. 

Afin de clôturer ces 10 jours, nous avons eu la chance de pouvoir présenter notre travail avec une restitution publique où les acteurs et universitaires locaux furent invités. Nous avons décidé de présenter les récits au travers d’une série de photos et de cartes qui reflètent l’évolution radicale d’El Jadida en présentant des cartes d’archives. Cette restitution marquait la fin de notre voyage, mais pas de notre enquête. L’objectif de cette présentation était de faire participer les intervenants et invités à divers ateliers participatifs au sein desquels ils pouvaient observer, commenter, débattre ou encore dessiner leur trajet autour du quartier d’El Jadida. 

photo de la contribution d’un étudiant sfaxien lors de la restitution. crédit photo N. Schumacher
Photo de la contribution des professeurs sfaxiens lors de la restitution. crédit photo N. Schumacher

La contribution des universitaires, d’étudiants et de professionnels de l’urbanisme sfaxien à nos ateliers cartographiques nous ont permis d’étoffer les récits des transformations d’El Jadida. Cette dernière étape a contribué à construire la version finale d’une carte interactive de Sfax El Jadida qu’il est possible d’expérimenter du 7 au 26 avril 2023 à la Maison de l’International de Grenoble. 

Cliquez-ici pour retrouver la carte interactive

Sources:

  • AMBROSINO Charles, BONNIN Jean Louis. 2016. « Metropolis follow fiction: trois villes créatives à l’épreuve de leur récit », Métropoles en chantiers. Grenoble, Ed.Berger-Levrault, p. 207-225.
  • BELHEDI A. 1989. « Espaces et société en Tunisie : développement, organisation et aménagement de l’espace depuis l’indépendance », Revue tunisienne de géographie. n° 18, p. 9-54.
  • BENNASR Ali. 2003. « L’étalement urbain de Sfax », Revue Tunisienne de Géographie. n° 36, p. 49-87.
  • BENNASR Ali. 2003. « Un nouveau centre pour Sfax : Sfax el jadida », Revue Tunisienne de Géographie. n° 35, p. 37-62.
  • BENNASR Ali. 2010. « Dimension Patrimoniale dans les grands projets urbains en Tunisie: portée et limites », Espaces urbains à l’aube du XXIème siècle Patrimoines et héritages culturels. Presses Universitaires Paris-Sorbonne, p. 23-32.
  • BENNASR Ali. 2010. « Sfax : de la ville régionale au projet de métropole », Mondialisation et changement urbain. Centre de publication universitaire, p. 79-95.
  • GHARBI Salma. 2017. « Repères historiques et problèmes de la centralité », colloque Sfax 2050 entre mobilité urbaine et perspectives de développement durable .
  • MAHMOUD A. 2014. « Public Sphere, Power and Counter-powers in Post-Revolutionary Tunisia », Open Journal of Social Science Research. n°2, p. 52-58.
  • MATTHEY Laurent, MAGER Christophe. 2015. «Tales of the City. Storytelling as a contemporary tool of urban planning and design », Les contes de la ville Storytelling et production du territoire. Hs 7, p. 1-5
  • MATTHEY Laurent, GABERELL Simon. 7/07/2022. « Les métamorphoses du récit en urbanisme », Métropolitiques.
  • THÉMINES Jean-François. 10/02/2021. « Des récits en géographie », Géoconfluences.
  • VESCHAMBRE Vincent. 2008. Traces et Mémoires Urbaines , Enjeux sociaux de la patrimonialisation et de la démolition , Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

REMERCIEMENTS

À l’issue de cet atelier de coopération Grenoble – Sfax, nous tenions à remercier toutes les personnes qui ont contribué à sa réalisation et son succès.

Tout d’abord, nous tenons à remercier l’équipe enseignante grenobloise de l’Institut d’Urbanisme et de Géographie Alpine : Noa SCHUMACHER et Karine BASSET pour leur accompagnement et disponibilité en amont depuis le mois de Septembre ainsi que pour leurs conseils durant les 10 jours de terrain à Sfax.

Merci aux universitaires et chercheurs Pauline Guinard et Théo Maurette pour nous avoir accordé du temps lors d’entretiens réalisés à Grenoble et dont les conseils nous ont beaucoup aidé dans notre préparation à cet atelier.

Nous remercions également le professeur et encadrant sfaxien Sami BEN FGUIRA et ses étudiant.es:  Melik GRIWI, Marwen KHELIFI, Sofien BEN GHANNOEUM, Yousri BOUCHOUCHA et Yousri SEMEH. Grâce à  leur aide précieuse sur le terrain et sans qui nous n’aurions pas pu explorer Sfax, et son histoire de façon aussi approfondie.

Enfin, nous voudrions remercier les acteurs et élus locaux pour leur accueil, pour le temps qu’ils nous ont accordé et dont les points de vue furent indispensables au montage de ce projet sur la thématique des récits des transformations urbaines du quartier d’El Jadida: Monsieur Mahmoud GDOURA; Dr Ridha KALLEL ; Monsieur Ghazi MHRAI; Monsieur Riadh Hadj TAEIB; Monsieur Souhail FAKHFAKH; Monsieur Abdelhamid GHANMI; 

Un grand merci aux municipalités de Sfax et de Grenoble qui rendent possible chaque année l’atelier. Nos remerciements vont également à la direction du développement international et territorial et à la région Auvergne Rhône Alpes pour leurs soutiens financiers dans ce projet. 



Citer ce billet
Promotion UCI (2023, 5 avril). Le récit des transformations urbaines du quartier d’El Jadida. . Coopérer : Grenoble-Sfax. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/p5jy

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search