La résilience urbaine de la ville de Sfax face aux enjeux du changement climatique

Thématique : Résilience, ilots de chaleur urbain, changement climatique

Etudiant·es : ARSAC Louise, CIZO Alexandre, PIRIS Lisa, ROUGIER Elise, SENTAYEHU WASIHUN Melat.

Encadrantes : Karine BASSET & Noa SCHUMACHER (IUGA), Mohammed MSEDDI, Marwen GHRIBI & Soufiane SOUISSI (IIT)


Chaque été, des épisodes de fortes chaleurs de plus en plus élevés sont observés partout dans le monde. Sfax, ville industrielle très dense, n’est pas épargnée par le phénomène. 

Présentation

Les enjeux de nature à Sfax ont déjà fait l’objet d’attentions particulières lors des précédents ateliers de coopération en urbanisme au travers des thématiques de l’agriculture urbaine et des enjeux qui en découlent (pollution, irrigation, déclin du secteur agricole), ainsi que de la reconquête du littoral et de la reconnexion du centre de Sfax avec la Méditerranée. Le thème “La nature et le vivant à Sfax” permet d’aborder la complexité et l’ambiguïté des rapports des sfaxiens à la nature. La ville côtière s’inscrit dans un territoire sec et aride, ce qui la rend très minérale. Du fait de son climat et de sa terre asséchée, la végétation se fait rare dans les espaces publics. En effet, il y a peu d’espaces verts et la ville ne compte que deux grands parcs : les parcs Touta et Thyna. Par ailleurs, l’accès à la mer est également limité pour les sfaxiens, bien que le réaménagement récent de la plage du Casino reconnecte le centre-ville à la Méditerranée [lien vers travaux 2021-22].

Dans un contexte de changement climatique global, la ville de Sfax n’est pas épargnée par les épisodes de fortes chaleurs à répétition. En effet, les températures y sont de plus en plus élevées et compliquées à vivre pour la population. Certains quartiers de la ville y sont plus sujets que d’autres, tels que les quartiers très denses où l’air circule mal. 

En tant qu’étudiants urbanistes, nous avons conscience que la transition écologique est un enjeu majeur de notre domaine. C’est pourquoi nous avons choisi d’étudier la thématique de la nature en ville à travers le phénomène d’îlots de chaleur urbain dans une ville à l’étranger. Nous cherchions à comprendre comment une ville sur le territoire nord-africain abordait cette problématique de la résilience urbaine face aux changements climatiques. 

Cette proposition thématique a été étudiée à l’échelle de trois quartiers : Rbat, un quartier dit spontané, El Bahri un quartier programmé puis devenu spontané puis Sfax El Jadida un quartier programmé.

Méthodologie :

Pour appréhender au mieux les enjeux de ces trois secteurs, nous avons réalisé un travail de documentation avant notre arrivée à Sfax pour nous familiariser avec le contexte de la ville et identifier les problématiques majeures. Nous nous sommes rendus à Sfax en février sur une période de 10 jours pour effectuer une analyse du terrain. Pour cela nous avons interrogé les habitants pour recueillir leur ressenti sur le phénomène de pics de chaleur dans ces zones, les impacts sur leur vie quotidienne et leur capacité à contrer ce phénomène. Nous avons également réalisé des entretiens auprès de professionnels : Marwene GHRIBI (météorologue), Faten GHRIBI (architecte), Amal FAKHFAKH (architecte) et Souheil FAKHFAKH (architecte, SASEJ), Morsi FEKI et Abdelkader MESALEMANI dans le but d’envisager des pistes afin de favoriser la résilience de Sfax aux enjeux du réchauffement climatique. 

Durant notre séjour nous étions accompagnés par les étudiants M2 du département « Architecture » de l’IIT (Institut International de Technologie) de Sfax ainsi que des étudiants du département géographie de la faculté de science humaine de Sfax. Cette collaboration nous a permis de mettre en commun nos connaissances, de mettre à profit notre expertise dans chacun des domaines mais aussi de faciliter les échanges avec les habitants et la compréhension du paysage urbain de Sfax.

Nous tenons à remercier les encadrants de cet atelier Soufiane SOUISSI, Mohamed MSEDDI, Karine BASSET et Noa SCHUMACHER ainsi que les personnes ayant contribué à l’avancement de nos recherches. 

1. Le quartier spontané de Rbat

Le quartier Rbat se situe au Nord-Ouest de la Médina. Il s’agit du premier arrondissement populaire de la ville, qui s’est développé dans les années 1920. Auparavant, cette zone accueillait une forêt d’oliviers et d’amandiers également appelée “Forêt de la Médina”. Le Rbat est la première génération de quartiers dits “spontanés” de Sfax, c’est-à-dire qu’il n’est pas organisé ou régi par des plans d’urbanisme. Il y a une forte attache au quartier de la part des habitants, car les maisons se transmettent de génération en génération.

photo : Rbat 2023, Placette centrale du Rbat, Lisa Piris

La morphologie du quartier Rbat est inspirée de celle de la Médina. Le tissu urbain est relativement similaire, avec de nombreuses ruelles étroites et impasses. La forte densité du bâti rend difficile la circulation d’air, créant ainsi des courants d’air polluants plutôt que rafraîchissants. 

photo : Rbat 2023, Un tissu urbain dense, Lisa Piris

Rbat est un quartier dit spontané qui se caractérise par de l’auto-construction. En effet, ce sont les habitants eux-mêmes qui construisent leur logement en fonction de leur besoin. Les habitations sont donc vouées à évoluer dans le temps, car elles sont très souvent agrandies. On parle donc d’habitat évolutif, cela est très marquant lors de la visite du quartier. 

photo : Rbat 2023, Des habitations en évolution, Lisa Piris

On trouve, au sein du quartier, d’anciennes constructions en pierre avec de l’enduit ( maison à gauche sur la photo ci-dessous ). Ce modèle de maison est assez bien adapté aux fortes chaleurs et utilise des matériaux locaux. Cependant, aujourd’hui, la plupart des bâtiments sont construits en brique, car ce matériau est moins cher. A condition d’être bien utilisé, ce matériau est un bon isolant (si le mur est fait de trois épaisseurs de brique). Toutefois les méthodes d’auto-construction, se font majoritairement avec une seule épaisseur. Les bâtiments sont ainsi peu performant en terme d’isolation thermique. De plus, il faut importer les briques, ce qui génère de la pollution liée au transport.

photo : Rbat 2023, Les différents types d’habitations, Lisa Piris

2. El-Bahri, un quartier programmé devenu spontané

La cité El-Bahri est un quartier périurbain à l’Ouest de Sfax créé en 1989. C’est une zone d’habitation populaire dite programmée, à l’initiative de l’Etat et de la Société Nationale Immobilière de Tunisie pour répondre à la crise du logement et l’étalement urbain. Quelques années après l’installation des populations, des extensions ont été réalisées sur les logements déjà existants, sans autorisation et sans la consultation des architectes. C’est une zone où autrefois coulait une rivière (l’Oued), aujourd’hui asséchée et qui fait office de décharge sauvage, source d’inconfort thermique et olfactif. De plus, l’incinération des déchets ménagers de l’oued, la présence de l’aéroport et des industries alentour sont facteurs de maladies respiratoires chez les habitants de la  cité El-Bahri.

photo : cité El Bahri 2023, L’Oued aux abords des habitations, Elise Rougier
photo : cité El Bahri 2023, L’Oued aux abords des habitations, Elise Rougier

Pendant l’été, le quartier El-Bahri souffre du phénomène d’îlot de chaleur. C’est un quartier dense où il y a une hausse de température la nuit. Cette chaleur est produite par les activités humaines et la non-compatibilité des surfaces bâties par rapport à l’environnement. Les habitants nous ont témoigné de leur différents comportements pour faire face à la chaleur. 

Premièrement, les logements sont très mal isolés. Les habitants se plaignent de souffrir du froid en hiver et de la chaleur en été. En saison estivale, certains décident de passer la nuit en dehors des maisons et installent leur matelas sur les toits terrasses. Ils vont aussi dormir sur les placettes, qui sont des espaces publics aux abords des habitations, aménagés au grès des populations.

photo : cité El Bahri 2023, placette, Elise Rougier
photo : cité El Bahri 2023, entretien avec les habitantes, Elise Rougier

L’usage de la climatisation est aussi très important dans les habitations du quartier. Cela se traduit part une augmentation constante de la consommation d’électricité lourde à assumer pour ces foyers populaires. En outre, cette utilisation de la climatisation contribue elle-même au réchauffement de l’air ambiant, puisque les moteurs émettent eux aussi de la chaleur. 

photo : cité El Bahri 2023, climatiseurs, Elise Rougier

3. Sfax El Jadida, un quartier programmé dans les années 90

 La zone de Sfax El Jadida, située au nord du centre de la commune de Sfax, a été construite en marge de la médina sur l’emplacement d’anciens cimetières, dans le but de répondre aux besoins d’expansion que la ville connaissait à l’époque. Cet espace fut principalement construit entre les années 1990 et 2000, mais son premier plan directeur date de 1983 et connaîtra des évolutions au cours du temps. Le projet voulait refléter la volonté de l’État tunisien de s’intégrer dans une logique de compétitivité urbaine à l’échelle mondiale. Cela se traduit par un modèle architectural dominant se voulant moderne, ce qui s’incarne principalement par des surfaces vitrées importantes. 

De manière générale, de nombreux aménagements et bâtiments présents dans ce quartier sont issus de modèles perçus comme modernes qui ont été calqués sans être adaptés au contexte sfaxien. De nombreux espaces végétalisés étaient prévus, mais la spéculation immobilière a poussé à réduire les surfaces non bâties. Cette zone montre donc une mauvaise adaptation au climat sfaxien, ce qui est défavorable aux objectifs de résilience face au réchauffement climatique.

En outre, cet espace présente certaines spécificités quant à sa faible résilience face aux épisodes de fortes chaleurs, en plus de certaines partagées avec les quartiers Rbat et El Bahri. Tout d’abord, la concentration de bâtiments de hauteur importante rend difficile la circulation de l’air . Ensuite, comme indiqué précédemment, la présence d’importantes surfaces vitrées entraîne un phénomène de surchauffe à l’intérieur de la zone de Sfax El Jadida. 

photo : Sfax El Jadida 2023, façade vitrée  Alexandre Cizo

Certaines façades ont des teintes foncées ce qui a pour effet de capter plus de chaleur et, in fine, a des conséquences similaires à la forte présence de surfaces vitrées.

photo : Sfax El Jadida 2023, façade foncée, Alexandre Cizo

        

Cet espace présente de faibles surfaces végétalisées, lesquelles sont souvent superficielles et peu entretenues. Il faut également noter que la situation de stress hydrique (du fait du manque d’eau) que connaît la région aggrave cette situation, en plus de l’existence de phénomènes d’ensablement causés par les vents.

photo : Sfax El Jadida 2023, espaces végétalisés , Alexandre Cizo  
photo : Sfax El Jadida 2023, espaces végétalisés , Alexandre Cizo       

      

La forte présence de l’automobile, notamment à cause du manque de transports en commun (les taxis étant beaucoup utilisés en compensation), entraîne de la pollution et participe au réchauffement de ce quartier.

photo : Sfax El Jadida 2023, boulevard principal, Alexandre Cizo

Conclusion :

Cet atelier et ce voyage nous a permis de travailler en équipe multiculturel au cœur d’une thématique qui concerne l’ensemble de l’aménagement des villes. Grâce à l’étude de la morphologie des quartiers, les comportements des habitants et à l’approche des projets urbains réalisés auprès d’experts, nous pouvons faire ressortir des solutions pour lutter contre les îlots de chaleur. Nos recherches nous ont démontré que les espaces les plus préservés de la chaleur étaient les espaces végétalisés. Il faudrait laisser la nature reprendre place en ville. Dans un second temps, il faudrait repenser l’architecture des bâtiments et s’inspirer des habitations traditionnelles plus résistantes aux climats de la région. Cela dit, l’entretien et l’apport en eau nécessaire pour la végétalisation des quartiers a un coût et la gestion de l’eau est stricte. Quant à l’adaptation des matériaux des bâtiments, ce sont des règles ou recommandations qu’il serait nécessaire d’appliquer dans des documents d’urbanisme pour guider les particuliers et promoteurs à construire les futurs bâtiments de Sfax. 

Sources :

  • ABDMOULEH Ridha. 2008. « Les associations écologiques en Tunisie : Lacunes, obstacles et défis. Études sur l’impact de la société civile dans le monde Arabe, De Boeck Supérieur », Pensée plurielle. n° 17, p. 139-157.
  • ABDMOULEH Ridha. 2008. « La cause environnementale : son image et son public. Représentations et conduites écologiques en Tunisie (le cas de Sfax) », Le Courrier de l’environnement de l’INRA. n° 56, p. 119-130.
  • BENNASR Ali, MEGDICHE Taoufik, VERDEIL Éric. 2013. « Sfax, laboratoire de développement durable en Tunisie ? », Environnement Urbain / Urban Environment. n°7, p. 83 à 98. 
  • BOUHLELABID Maha. 2018. « Étalement urbain et inégalités environnementales dans le Grand Sfax (Tunisie) », Les Cahiers d’EMAM.
  • DEHECH Salem, BELTRANDO Gérard, BIGOT Sylvain. 08/08/2005. « Utilisation des données NOAA-AVHRR dans l’étude de la brise thermique et de l’Ilot de chaleur. Exemple de Sfax (se tunisien) », Cybergeo: European Journal of Geography. n°317.
  • FLORIN Bénédicte, MADOEUF Anna, SANMARTIN Olivier, STADNICKI Roman, TROIN Florence. 2020.  L’Abécédaire de la ville arabe au Maghreb et au Moyen-Orient. Presses Universitaires.
  • GHARBI Salma. 2017. « Les ambiances du quartier d’el Manzah: impacts de la morphologie urbaine et de la végétation sur le vécu des habitants », Académia.
  • GHRIBI Marwen, DAHECH Salem. 16/02/2021. « Caractéristiques de l’îlot de chaleur urbain à Sfax durant la saison chaude (centre-est de la Tunisie) », EDP Sciences
  • JARRAYA Mounir. 2020. « Vulnérabilité de la population à Sfax (Centre-Est tunisien) aux conjonctivites : la synergie entre ambiance automnale et contexte de vie sociale », Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement. n°46.
  • PASCAL Mathilde, LAAIDI Karine, BEAUDEAU Pascal. 2019. « Intérêt des espaces verts et ombragés dans la prévention des impacts sanitaires de la chaleur et de la pollution de l’air en zones urbaines », Santé Publique. Hs 1, p. 197-205.


Citer ce billet
Promotion UCI (2023, 5 avril). La résilience urbaine de la ville de Sfax face aux enjeux du changement climatique. Coopérer : Grenoble-Sfax. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/p5jz

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search