Lorraine Sperandio – “Enjeux liés à la gestion des cimetières pour la ville de Grenoble”

Compte rendu rédigé par Pauline Blusseau et Pol Evrard (Etudiant.es en M1 TRUST)

C’est Lorraine Sperandio, Cheffe du service relations aux usagers à la ville de Grenoble qui débute ce colloque, notamment par un état des lieux des enjeux liés aux cimetières, principalement axés sur Grenoble. Les questionnements principaux portent sur la capacité à concilier gestion et aménagement d’un cimetière avec les enjeux environnementaux. De plus, elle s’intéresse à lier la notion de mémoire, de lieu de recueillement avec les enjeux urbanistiques et écologiques.

Présentation des cimetières de Grenoble (carte cimetière) – St Roch

Lorraine Sperandio développe ensuite une critique quant à la gestion et à la forme des cimetières actuels de la ville. De nombreux enjeux sont à prendre en compte, notamment le caractère minéral de ces cimetières. On y retrouve des allées droites, bétonnées et la présence de végétaux s’avère faible. Compte tenu des défis actuels que rencontre la métropole grenobloise notamment concernant les îlots de chaleur dûs aux températures élevées survenant en saison estivale, il semble impératif de s’adapter. Le cimetière Saint-Roch à Grenoble est notamment un exemple prouvant le décalage entre la forme classique du cimetière français et les enjeux climatiques et urbains du XXIe siècle.

De nombreux changements surviennent depuis quelques années concernant l’organisation et la gestion des cimetières français. Quinze ans auparavant, l’entretien complet des cimetières se faisait tous les deux ans, excepté pour les concessions privées qui répondent à une gestion individuelle par les familles concernées. Désormais, cet entretien survient une ou deux fois par an selon les exigences des communes. Lorraine Sperandio ajoute enfin que la mairie de Grenoble est tout de même parvenue à récupérer environ 5000 emplacements au cimetière Saint-Roch, ce qui s’avère être une avancée considérable de manière à engager la transition.

Cependant, ces mesures de végétalisation des cimetières sont coûteuses et rencontrent plusieurs freins.

Des problèmes de taille

Tout d’abord, les différentes contraintes réglementaires exigent un espace défini, minimum et limité pour accueillir un défunt. Chaque procédure administrative demande un temps important et un investissement financier considérable, freinant par la suite les prises de décisions. Les situations imprévisibles impactent également les espaces funéraires de manière générale. L. Sperandio développe : la pandémie de COVID 19 a créé des problèmes de saturation des cimetières grenoblois, contraignant la mairie à revoir la gestion et l’accueil des défunts. Désormais, il est impossible pour les citoyens de réserver un emplacement et pour les mairies de les vendre en avance. Les cimetières n’accueillent que les personnes décédées au sein de la ville, que les défunts soient d’origine grenobloise ou non. Cette nouvelle norme fait également suite à la saturation des cimetières. Des conflits d’envergure sociale apparaissent également : comment transformer un espace sacralisé par les citoyens ? Il est impératif de concilier le respect des défunts avec les nouvelles initiatives de végétalisation. De plus, les différentes mœurs des familles en lien avec les cimetières peuvent freiner les actions envisagées. L. Sperandio prend l’exemple des cimetières japonais que les citadins fréquentent de manière détachée, allant jusqu’à pique-niquer sur les lieux.  Cette pratique reste encore inenvisageable sur le territoire français, pouvant être vu comme une forme d’irrespect pour les défunts.  Une autre difficulté importante : un plan guide d’aménagement semble impossible à prévoir dans la mesure où l’on ne sait pas quelle concession va être renouvelée ou pourra être reprise par la mairie. Cela dépend en effet de l’engagement des familles propriétaires et de la fréquence d’entretiens des concessions. Cela complique l’aménagement à long terme du cimetière.

Les concessions

Les concessions détenues par des familles créent des zones de conflit, certains individus tenant à la conservation de la place d’un défunt, malgré les enjeux de restructuration globale des lieux. Il est impossible, selon la loi, de reprendre des concessions perpétuelles si elles sont toujours entretenues par leurs propriétaires. De plus, il est question pour la municipalité de débourser 7000 euros pour le rachat d’une unique concession. Le coût élevé des concessions dites perpétuelles (à hauteur de 16692€) s’explique dû à la volonté de retrouver de moins en moins de concessions de ce type dans un cimetière. Bien qu’encore autorisées, elles ne sont pas encouragées par la municipalité.

La végétalisation

Les cimetières naturels causent des problèmes d’aménagement et d’entretien dans le temps lié au passage et à l’accessibilité des voitures dans les allées. Cependant, certaines villes ont mis en place des politiques de végétalisation comme la ville de Niort avec le cimetière du Souchet.

Dans d’autres pays, les cimetières sont végétalisés et apparaissent comme de véritables lieux de vie, comme au Japon. Les différences culturelles ont un rôle important, le cimetière étant vu comme un espace agréable.

Les initiatives de la ville de Grenoble

La ville de Grenoble mène également des politiques de végétalisation du cimetière Saint-Roch, notamment avec des secteurs nommés “espace paysagé” à l’intérieur du cimetière et dans lequel la municipalité renforce cette présence verte. L’objectif de 2026 est de vider une demie allée de concessions. Malgré l’important coût financier, ce sont des mesures qui sont prises dès maintenant pour transitionner vers un cimetière végétalisé. Aussi, la ville compte aménager une traversée afin de transformer ce cimetière en “cimetière parc” avec une place arborée. Il sera ainsi relié à une Place aux Enfants située à proximité, renforçant l’idée d’un espace convivial et vivant. Encore une fois, le coût est élevé (2 millions d’euros). 

Par les efforts de la municipalité et malgré de nombreuses difficultés, la gestion du cimetière Saint-Roch finit par s’équilibrer. Par exemple, il ne restait que 20 places dans les cimetières grenoblois pendant la période du Covid-19. Désormais, elle arrive à récupérer plus de concessions qu’elle n’en vend, ce qui s’explique également par la conjoncture actuelle.



Citer ce billet
Noa Schumacher (2024, 23 février). Lorraine Sperandio – “Enjeux liés à la gestion des cimetières pour la ville de Grenoble” Coopérer : Grenoble-Sfax. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vw9l

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search