Migration-control.info, Aya Koffi, Activistes anonymes “Etudier la violence ? Recherche académique, activisme, éthique : étudier la question migratoire en Tunisie”

Compte rendu rédigé par Adèle Abdoul Carime-Cahusac et Camille Le Doré (Etudiantes en M1 TRUST).

« Quand tu parles, tu revis la chose, […] quand t’écoutes tu sens la violence. » C’est sur ces paroles que s’achève le témoignage d’Aya Koffi. Née en Côte d’Ivoire, cette femme arrive à Sfax en 2016, où elle restera jusqu’en 2023. Elle raconte son vécu sur la terre tunisienne, la désillusion face à la dure réalité d’un eldorado chimérique et ce quotidien, empli de violence. 

Au cours de ce long chemin de l’exil, elle dépeint la précarité et le racisme décomplexé et toujours plus violent depuis le discours du président Kaïs Saïed, en février 2023, où il déclarait qu’il existait « un plan criminel pour changer la composition du paysage démographique en Tunisie » (communiqué officiel de la présidence de la République), appelant à punir l’immigration clandestine. À Sfax, ces déclarations xénophobes se sont transformées en acte à la moindre étincelle et le meurtre d’un tunisien lors d’affrontements a mis le feu aux poudres. S’en est suivi un déferlement de violence à la fois par des groupes organisés menant des chasses aux personnes noires, mais aussi par la police qui a conduit et abandonné dans le désert plus de 1 300 migrants d’Afrique subsaharienne aux frontières avec la Libye et l’Algérie. Si le racisme avait toujours été perceptible et présent, Aya Koffi relate avec émotion le défoulement des violences et décrit l’horreur, les viols et la confrontation constante avec la mort, brutale et cruelle. À travers cette voix un peu rauque et profonde, les mots résonnent et on peut sentir percer l’angoisse, à fleur de peau. 

Injustice, délicatesse, empathie, famille, déracinement… Les mots qui nous viennent après l’écoute de ce témoignage sont multiples et composites, faisant appel, pour tout un chacun, à notre histoire personnelle et notre propre rapport à la violence, parfois difficile et écrasant. Travailler sur des questions aussi sensibles que la mort trouble, émeut et peut aussi bouleverser. Ariana Markowitz évoque l’impact des récits sur sa psyché (The Better to Break and Bleed with : on research, violence and Trauma). Si elle semble consciente que ses échanges à but informationnel ne sont pas destinés à aider émotionnellement les habitants, elle ne se place pas ici dans un rôle de soignant, elle souligne un manque de préparation formelle quant aux défis de la recherche dans les contextes violents et explique les cauchemars, les crises de panique et les nuits d’angoisse qui la hante à son retour. « Travailler sur la violence veut dire l’expérimenter. » Comment recevoir la violence des témoignages ? Comment s’y préparer, y faire face et, parfois, y répondre ? Quelle posture adopter et comment affronter ses propres peurs et ses propres émotions ?

C’est pour nous aider à répondre à ces questions que KA a partagé ses outils et son expérience de recherche. Après avoir effectué un master en étude du développement international, elle débute sa thèse intitulée « politique migratoire et santé mentale : les migrants subsahariens en situation irrégulière bloqués dans la tunisie post-révolutionnaire ». Son premier rapport avec le terrain a lieu lors d’un stage auprès d’une ONG en Tunisie pendant 3 mois durant lesquels KA conduit des observations et entretiens dans les villes de Sfax, Tunis et Médenine. Elle porte un intérêt tout particulier à la santé mentale des personnes irrégulières en Tunisie, ainsi qu’à la politique migratoire tunisienne. Activiste et militante, elle participe au site migration-control.info, rassemblant un réseau transnational d’activistes, journalistes, traducteurs, universitaires et d’organisations antiracistes, afin de documenter sur l’externalisation du contrôle européen des migrations vers des pays tiers en particulier en Afrique.

Dans ce contexte, KA a travaillé et mis en place des dispositifs pour l’aider à recevoir les mots et les histoires dures, crues et violentes. Notre psyché semble dores et déjà mettre en avant des mécanismes de défense face à ces terrains violents qu’il peut être intéressant d’analyser. Les soignants accompagnant la fin de vie ou travaillant dans des environnements sensibles, souvent confrontés à des situations délicates et douloureuses, partagent leurs expériences pour tenter de comprendre leurs émotions et d’ajuster leur comportement dans un exercice d’analyse de la pratique. Il est intéressant de remarquer l’importance du groupe, forme de soutien, d’appui mais aussi de garde fou face à la violence. Mais qu’en est-il lorsque nous sommes seuls face à un terrain ?

KA présente en premier lieu un « questionnaire d’émotion ». Composé de 20 propositions d’émotions avec une classification de 1 à 4 pour chacune des émotions proposées, il s’agit de décrypter les sentiments qui nous traversent de façon quotidienne. Il permet alors de visibiliser les émotions et ainsi, en somme, de sécuriser les personnes avec qui l’on travaille pour prendre en charge l’émotion des autres, notamment lors de témoignages. Aussi, elle met en avant le emotional diary. Il s’agit d’un tableau, qu’elle remplit quotidiennement, tous les soirs, pour comprendre le passage des émotions ressenties lors des recherches sur le terrain.

Avec une dimension psychologique, épistémique et stratégique, la réflexion personnelle peut également être utilisée comme outil pour interpréter le terrain mais aussi les sujets de recherche. Cette expression passe aussi par le dessin (sketch), une façon de remettre à zéro ses émotions et de mieux se comprendre sur le terrain.

Lors de ses recherches, KA soulève également la question éthique et les biais coloniaux qui impactent son enquête. Cette question reste ouverte et aussi personnelle que celle du rapport à la violence. Elle explique que son rapport au terrain a transformé le sujet de sa thèse. Elle s’est alors interrogée à produire du savoir sur l’immigration en pensant sa position de femme blanche et européenne. En effet, les questions de nationalité, de genre ou encore d’orientation sexuelle définissent une identité qui se joue dans le rapport des personnes avec qui l’on peut échanger sur le terrain. Il est alors important de visibiliser cette approche dans les recherches. 

Ainsi, rien n’est moins personnel que le rapport entretenu au terrain, notamment dans des contextes violents. Il ne s’agit pas ici d’y trouver une parade universelle mais, au contraire, de déconstruire une approche objectiviste et neutraliste, en réalité irréalisable, à travers une analyse réflexive de son propre rapport au terrain. 



Citer ce billet
adelem1trust (2024, 7 mars). Migration-control.info, Aya Koffi, Activistes anonymes “Etudier la violence ? Recherche académique, activisme, éthique : étudier la question migratoire en Tunisie” Coopérer : Grenoble-Sfax. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w4rc

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search