Cristina Del Biaggio – “(Re)chercher les traces, demander justice et vérité”

Compte rendu rédigé par Margaux Rondepierre et Yaël Legrand (Etudiant.es en M1 TRUST)

Cristina Del Biaggio, chercheuse au laboratoire PACTE, s’intéresse au rapport entre le processus de frontiérisation et à la question des morts à la frontière. Elle définit le processus de frontiérisation comme le procédé par lequel les puissances du monde transforment en permanence certains espaces en lieux infranchissables pour certaines populations. Cette frontiérisation produit la frontière comme un espace de deuil et de perte où des populations considérées comme “indésirables” viennent “se fracasser“ (C. Del Biaggio)

Cette militarisation des frontières engendre une hausse des violences lors de leur traversée, les rendant de plus en plus mortelle. Il est difficile d’estimer le nombre de mort.e.s aux frontières. Une grosse partie d’entre eux.elles meurent en mer, rendant plus complexe leur recensement. De plus, il n’existe aucun dispositif standardisé de recensement des exilé.e.s décédé.e.s, seuls les travaux menés par des collectifs militants ou associatifs et de chercheur.euse.s permettent d’avoir une idée de leur nombre. Par exemple, selon l’association United, on estime environ 52 760 mort.e.s aux frontières entre 1993 à 2023. De plus, une grande partie des mort.e.s retrouvé.e.s ne sont pas indentifié.e.s ou alors identifiables. 

Cette dernière question est fondamentale vis-à-vis de l’investigation autour des mort.e.s aux frontières, avec la volonté d’apporter la vérité aux familles pour qu’elles puissent faire leur deuil. La méthode utilisée par ces acteur.rice.s du recensement est une méthode en réseau. L’objectif est de faire le lien entre un ensemble de données pour retracer les parcours et ainsi découvrir les identités. Par exemple, les migrant.e.s sont souvent amenés à constituer des groupes pendant leurs voyages, et pourraient ainsi apporter des informations sur des personnes avec qui iels ont voyagé. Néanmoins, et avec une augmentation des politiques de gestion de la crise migratoire centrées autour du rejet de ces dernier.ère.s, le nombre de mort.e.s aux frontières augmente, provoquant une saturation des morgues et rendant encore plus complexe le travail d’identification mené par les chercheur.euse.s et associations. 

De plus, la question des mort.e.s aux frontières est marquée par un paradoxe: les migrant.e.s sont à la fois des individus sur-surveillé.e.s tout en étant pratiquement jamais identifié.e.s par les forces de l’ordre. Ce paradoxe est explicable par deux facteurs : les forces de l’ordre ne prêtent aucun intérêts à l’identité des migrant.e.s puisqu’ayant principalement la tâche de les ramener à la frontière ; les migrant.e.s eux.elles mêmes ne sont pas toujours muni de document permettant de les identifier (choix personnel, incident menant à la perte des documents, confiscation, …). Plus généralement, ce paradoxe est lié à une déshumanisation des migrant.e.s. En l’absence de réelles mesures étatiques, la société civile tente de s’organiser . On peut le voir en France avec les efforts de collectifs militants  pour recenser  les personnes décédées et essayer d’accueillir les vivant.e.s. De l’autre côté de la Méditerranée, dans les pays de départ et de transit, la société civile mène également des initiatives. Par exemple, en Tunisie, des cimetières  des inconnus ont été mis en place pour à la fois solutionner le problème de la gestion des corps, mais également pour créer des espaces permettant le processus de deuil, de recueillement et de commémoration. 



Citer ce billet
adelem1trust (2024, 29 mars). Cristina Del Biaggio – “(Re)chercher les traces, demander justice et vérité”. Coopérer : Grenoble-Sfax. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w4rd

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search