Pascaline Thiollière – “Transformation des ambiances et cultures funéraires en France : actualités et prospectives”

Compte rendu rédigé par Samuel Sentis et Kossoun Magbonde (Etudiant.es en M1 TRUST)

Pour introduire cette troisième session intitulée “Vivre avec ses morts”, nous avons d’abord accueilli Pascaline Thiollière, docteure en architecture dans l’équipe CRESSON du laboratoire AAU (Ambiances, Architectures, et Urbanités) situé à l’école d’architecture de Grenoble. Pascaline dirige un projet de recherche depuis 2023 intitulé Gestes et Territoires de la mort en cendres (GeTeM). Dans sa pratique de recherche, elle s’intéresse aux pratiques de dispersions des cendres hors des cimetières à travers les témoignages et imaginaires autour de ces pratiques funéraires relativement récentes en France. 

Pascaline recontextualise les pratiques de crémation au sein d’un phénomène général de préoccupations écologiques et d’un nouveau rapport à l’espace et à la nature. La chercheuse montre également quel est  le lien entre les modes d’habiter des vivants et ceux des morts. En effet, les modes d’habiter ont tendance dans nos sociétés à tendre vers plus de sobriété et de simplicité, accompagnées d’un phénomène de déconnexion de l’habitat au territoire et à la terre. La gestion des morts suit une dynamique similaire à l’instar de la  généralisation de la crémation et de la dispersion des cendres.

Pour la docteure en architecture, les cimetières sont mal adaptés à ces évolutions. Les pratiques de crémation, encore récentes, ne sont pas cristallisées, les rites et imaginaires sont nombreux et divers. Ainsi le projet de recherche GeTem à pour objectif d’explorer le potentiel des territoires à accompagner de nouveaux rituels, plus particulièrement dans la métropole grenobloise. 

Dans ce cadre, l’équipe du projet GeTeM a réalisé des entretiens avec des personnes ayant dispersé les cendres de leurs défunts. Ces récits sensibles ont permis de montrer les différences entre l’imaginaire autour de la dispersion, les cendres qui s’envolent dans un cadre naturel, et la réalité du rite parfois déroutante. 

L’équipe du GeTeM écrit : “De nombreux témoignages entendus au gré des discussions sont fort d’enseignement, car ils relatent le manque de préparation, le manque d’information, certaines expériences fortes, parfois très bien vécues, mais assez souvent aussi décevantes, car certains détails mal anticipés viennent noircir le tableau du rituel de la dispersion « en pleine nature »”

Ainsi certaines initiatives naissent pour accompagner les pratiques de dispersion, “les crématistes proposent de révoquer les contraintes d’un ritualisme standardisé pour laisser le souvenir s’exprimer selon les sensibilités de chacun, de manière intimiste” (GeTeM). Pascaline Thiollière relève certaines de ces initiatives tel que celle du cimetière des Garlettes à Seyssins (38) où une installation permet le drainage des cendres. La chercheuse pense que l’art et les artistes peuvent avoir un rôle majeur dans l’accompagnement de ces rites.

Pour finir, Pascaline Thiollière ouvre le débat sur l’existence de nouvelles pratiques, notamment liées au développement des nouvelles technologies autour de la mort : comme  la death tech (nouvelles technologies autour de la gestion mortuaire et le deuil) ,ou encore l’humusation (processus de transformation du corps d’un défunt en compost à l’aide de micro-organismes). Il s’agit, selon elle, de se demander quelle matérialité est nécessaire au deuil ? Comme le deuil peut-il se faire sans corps ?



Citer ce billet
adelem1trust (2024, 29 mars). Pascaline Thiollière – “Transformation des ambiances et cultures funéraires en France : actualités et prospectives” Coopérer : Grenoble-Sfax. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w4re

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search