Martin Julier Coste – “Penser la place des morts en ville. Brefs apports socio-anthropologiques”

Compte rendu rédigé par Paloma Le Brun et Galina Zhukova (Etudiant.es en M1 TRUST)

La journée d’étude a été clôturée par l’intervention de Martin Julier-Coste, docteur en sociologie de l’Université de Strasbourg (2010) et chercheur associé au laboratoire de Sciences Sociales PACTE. Ses thèmes de recherche portent sur le traitement social de la mort et des morts qu’il relie aux invariants anthropologiques tel que l’ordre et le désordre, la séparation entre les vivants et les morts ou encore celle du profane et du sacré. Durant son doctorat, il a étudié les rites funéraires chez les adolescents et les jeunes adultes face à la mort d’un-e ami-e. Aujourd’hui, le deuil est toujours au centre de ces intérêts scientifiques. Sa dernière publication s’intitule : “ (Sur)vivre à la perte précoce de son (ses) parent(s) : expériences et répercussions de l’orphelinage” (2020).

Lors de son intervention, il nous a parlé particulièrement de la place des morts dans la ville et de leur impact sur le quotidien des vivants, ainsi que du processus de deuil. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les morts et leurs mémoires occupent une place importante dans nos villes. Qu’il s’agisse de traces matérielles ou immatérielles, de nombreux espaces et objets leur sont dédiés et prennent différentes formes. On trouve premièrement les aménagements informels réalisés par la famille ou les proches du défunt. Ils se manifestent sous forme de bornes, plaques commémoratives ou encore ghost bikes (vélos blancs ornés de fleurs, de mots ou de photos) (fig. 1-2). Ces installations, visibles sur les lieux d’accidents mortels, permettent aux proches de commémorer, de se rappeler et de valoriser la mémoire de la personne décédée en leur dédiant un espace physique. Il s’agit d’une initiative collective qui permet à tout usager de l’espace urbain de prendre conscience de la tragédie et d’accorder une pensée au disparu.

D’autres formes de commémoration que nous connaissons bien sont les noms attribués à certaines rues et places. Cette fois-ci il s’agit de mettre en lumière les grandes figures, principalement françaises, qui ont animé les derniers siècles. Et bien que nous n’y prêtions que peu d’attention, il s’agit en réalité d’une manière de faire subsister leur mémoire et de rappeler leur œuvre et leur existence. Une dimension politique apparaît ainsi puisqu’il est nécessaire de faire un choix quant aux personnes mises à l’honneur. 

Ainsi, on constate que la place des défunts en ville est plus importante que ce que l’on pourrait penser à première vue, et que les marques matérielles de commémoration sont d’une grande diversité. Ces traces matérielles dans l’espace public urbain ne sont pas les seuls éléments qui rendent présents les morts dans le quotidien des vivants. On retrouve également des éléments sur les individus. Ce sont alors des traces mouvantes, discrètes et plus personnelles qui viennent nous rappeler nos proches au quotidien. 

Il peut s’agir de traces matérielles telles que des objets qui appartenaient à nos morts, des bijoux funéraires contenant les cendres, des tatouages… Il peut aussi s’agir des traces immatérielles, par exemple numériques, comme les photos et les messages que nous gardons sur nos téléphones portables, des hologrammes et des QR codes placés sur les bornes commémoratives ou les monuments  aux cimetières qui permettent d’entendre ou voir une personne qui n’est plus là, des chansons qui nous rappellent des souvenirs, des comptes sur les réseaux sociaux. Enfin, nos comportements et les normes sociales du deuil – porter des vêtements d’une couleur définie par la culture, distribuer des repas rituels – de même que nos souvenirs et nos sentiments rendent aussi nos morts visibles partout dans la vie quotidienne, en nous permettant d’entretenir des liens étroits avec eux.

Tous ces esprits qui habitent la ville ont la capacité de modifier le comportement des vivants. Parmi les exemples de telles modifications, on peut citer les stratégies d’évitement des lieux marqués par la mort ou au contraire les passages plus fréquents sur les lieux de commémoration. La création de rituels et habitudes dessine un nouveau quotidien pour les vivants. Aussi la mémoire du lieu dicte les possibles et le devenir de certains espaces, qui portent en eux les traces d’un événement marquant. Cette influence des morts sur les vivants est intéressante à comprendre lorsque nous nous interrogeons sur leur place dans nos vies quotidiennes.

 



Citer ce billet
adelem1trust (2024, 29 mars). Martin Julier Coste – “Penser la place des morts en ville. Brefs apports socio-anthropologiques” Coopérer : Grenoble-Sfax. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w4rf

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search