Les cimetières à Sfax : un reflet de la diversité des ambiances urbaines et des inégalités spatiales ?

Thématique : “Périphérisation” des cimetières, morphologie urbaine, disparités socio-économiques, ambiances.

Étudiant.es : Arij DHIF, Pol EVRARD, Sabeh HENI, Yaël LEGRAND, Simon MELOT, Carla MOSTI, Mokhtar TAYAA

Encadrant.es : Karine BASSET, Sami BEN FGUIRA, Emna FRIKHA, Noa SCHUMACHER

Notre travail porte sur les cimetières dans l’espace urbain sfaxien. Cette thématique se révèle avoir une importance particulière à l’échelle du Grand Sfax. Le professeur de géographie Ali BENASSR nous explique qu’il s’agit d’un “angle mort de l’aménagement”. De plus, la municipalité pointent des difficultés de gestion de ces espaces, en particulier sur les questions de saturation et d’entretien. Ces premiers éléments de discours ont été complétés par un travail de terrain dans différents cimetières de Sfax. Aussi, nous avons décidé de travailler à différentes échelles afin de comprendre les enjeux spatiaux de ces espaces funéraires et ceux qui s’inscrivent dans le quartier, dans la ville, notamment par les ambiances urbaines ressenties. L’analyse de nos résultats met en avant la diversité des enjeux de ces espaces, liés par exemple à l’évolution de la place des cimetières dans la ville et dans les esprits des sfaxiens.

Appréhender les cimetières sfaxiens

Nos premiers pas sur le terrain ont été guidés par une envie de découvrir l’environnement funéraire de la ville en parcourant une diversité de cimetière. En suivant les conseils des enseignants sfaxiens, nous avons visité des espaces funéraires présentant des caractéristiques variées. La carte interactive ci-dessous présente les différents cimetières et les quartiers alentours que nous avons explorés. A chacune de nos visites, nous avions en tête de repérer les singularités du lieux et son implantation dans son environnement. Nos visites ont également été l’occasion de réaliser des entretiens spontanés, avec les gardiens des lieux et des habitants résidant aux abords des cimetières. Elles ont été complétées par des entretiens auprès d’agents municipaux chargés de la gestion de ces espaces. 

Gardien du cimetière de Châari et Mokhtar Tayaa, étudiant sfaxien, lors de la visite des lieux (© Carla Mosti)

Les cimetières : les espaces relégués de la ville

La particularité du cimetière historique : El Jadida

Jusqu’aux années 70, les cimetières se situaient à proximité directe de la ville de Sfax (composée principalement de la médina). Il existait déjà une différenciation de ces espaces en fonction des religions, avec une majorité de cimetières musulmans, mais également un juif et un chrétien. Ces lieux étaient des espaces fréquentés, traversés, la ville et certains quartiers (Picville) s’étant agrandie tout autour de ces derniers. Ils étaient aussi des espaces clôturés mais autour desquels se trouvaient des habitations et se développaient une économie spécifique (marbriers par exemple).

Suite à l’extension de la ville, la municipalité a décidé de construire un nouveau centre moderne à proximité de la cité arabe. Les cimetières ont été détruits et les tombes identifiées déplacées dans d’autres espaces funéraires aménagés pour l’occasion, comme le cimetière Badrâani. Il reste cependant quelques mausolées, car déplacer les tombeaux des saints est plus délicat. Ce déplacement, qui s’est effectué sur une trentaine d’années, est un processus réfléchi et voulu par la municipalité, ne souhaitant pas d’espaces dédiés aux morts dans le centre de Sfax, mais plutôt en périphérie.

Carte des années 1960 représentant autour de la médina les différents espaces funéraires de la ville de Sfax. (© Pol Evrard)

Des cimetières toujours plus éloignés

La majorité des cimetières de la ville sont aujourd’hui surchargés. Le caractère perpétuel des tombes peut expliquer cette saturation, les tombes n’étant pas remplacées. Établis initialement en périphérie de la ville, ces espaces funéraires ont été rattrapés par l’urbanisation. Une fois ces derniers saturés, ils ne sont généralement pas déplacés. Dans la majorité des cas, un nouvel espace est créé, situé davantage en périphérie. Depuis février 2024, la ville de Sfax recherche de nouveaux terrains afin d’aménager de nouveaux cimetières, acquis par vente ou par don. La religion musulmane encourage les personnes à offrir leur terrain à la municipalité, ils seront récompensés. La municipalité recherche des parcelles situées à partir du kilomètre 18, indiquant que la politique d’exclusion des espaces funéraires est toujours en cours. Cette exclusion progressive des cimetières est considérée par la population comme une nécessité.

Selon les agents de la municipalité, cette politique de déplacement va également s’élargir avec à long terme un déplacement probable du plus grand cimetière de la ville, Badrâani. La ville envisage également de regrouper les tombes du cimetière chrétien afin de gagner de l’espace et de faciliter l’entretien. Culturellement, déplacer les morts est autorisé en Tunisie, mais cette pratique semble plus employée à Sfax que dans le reste du pays. Ainsi, l’urbanisation et le développement urbain sont privilégiés en opposition aux espaces funéraires, relégués en extérieur de la ville « le seul moyen pour que Sfax s’étende, c’est de déplacer les cimetières » nous informe un habitant.

Une morphologie des cimetières spécifique dans la ville

Des espaces marginalisés et peu considérés ?

Les cimetières sont également des espaces où s’accumulent un certain nombre de déchets. La visite du cimetière de la route de l’aéroport a été particulièrement marquante, notamment car se trouvait juste à côté une décharge ouverte. Une grande partie des déchets s’envole et se dépose dans l’espace funéraire limitrophe. Aussi, d’autres comme celui de Gremda (kilomètre 14) compte des espaces plus ou moins entretenus et aménagés. Ce manque d’entretien est lié à des problèmes de financement. En effet, les déséquilibres liés à la révolution tunisienne de 2011 et le covid-19 ont entraîné des difficultés économiques, impactant directement les municipalités et l’entretien des espaces funéraires. Concrètement, les personnes travaillant dans ces derniers ne sont pas remplacées. Le nombre d’agents municipaux est passé de 37 avant la révolution à 14 aujourd’hui.

Concernant l’intégration des cimetières dans son quartier, nous avons compris par les rencontres avec les habitants résidant à proximité que les espaces funéraires ne sont ni évités ni fréquentés. Habiter à côté d’un cimetière ne semble pas être un problème pour eux. Cependant, le cimetière peut aussi être le lieu de certains comportements déviants, notamment le soir (dégradation des lieux, consommation d’alcool…). 

Des différenciations socio-économiques en lien avec les cimetières et les tombes ?

Au fil des terrains, il a été possible de différencier les cimetières, notamment par des critères socio-économiques. En fonction des différents espaces funéraires, nous avons observé des tombes plus ou moins entretenues mais également plus ou moins décorées. Le cimetière de Badrâani, situé dans un quartier informel et industriel, présente des signes de vieillissement. Cependant, dans les rites tunisiens, une partie de la population accorde peu d’importance au corps et à la tombe, contrairement à l’aspect spirituel. L’aspect socio-économique n’est donc pas déterminant, car d’autres facteurs ont aussi leur importance, notamment culturels.

Il existe aussi des carrés familiaux nommés tourbas. Ce sont les sfaxiens d’origine qui les possèdent. Depuis 1997, la législation ne permet plus d’en acquérir, le foncier n’étant plus suffisamment disponible. Il s’agit donc d’une sorte de propriété privée, révélatrice de disparités socio-économiques. Dans ce cas, le cimetière de Châari présente des caractéristiques indiquant la plus grande richesse du quartier, avec un nombre important de carrés familiaux ainsi que des tombes bien entretenues et décorées. On trouve également dans ce même espace un patrimoine historique important, lié à la présence du mausolée d”Hédi Chaker, personnalité politique importante en Tunisie. Un entretien dans l’ensemble du lieu est réalisé plusieurs fois par an, dans la mesure où des commémorations sont régulièrement organisées.

Une tourba (carré familial) située dans le cimetière de la route de l’aéroport (© Simon Melot)

Cet atelier nous a immergé au cœur des cimetières sfaxiens. Nous avons appris que les espaces funéraires possèdent des enjeux spécifiques et territorialisés, notamment par une histoire, une culture, des traditions, des dynamiques socio-économiques, etc. Sfax est façonnée par ses cimetières, qui sont des espaces à la fois centraux dans les politiques de développement urbain mais marginalisés, étant reculés, déplacés et peu fréquentés. Travailler sur ces enjeux a enrichi notre vision de l’urbanisme et de la ville.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Adèle Abdoul Carime-Cahusac (9 juin 2024). Les cimetières à Sfax : un reflet de la diversité des ambiances urbaines et des inégalités spatiales ? Coopérer : Grenoble-Sfax. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11sdt


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search