L’organisation socio culturelle de la mort à Sfax

Etudiant.e.s : Sirine ALAYA, J’yhen BEN ABDALLAH, Pauline BLUSSEAU, Camille LE DORE, Carla LHOMMEAU, Asma MAUIAA, Margaux RONDEPIERRE Riadh SAID

Encadrant.es : Karine BASSET, Sami BEN FGUIRA, Emna FRIKHA, Noa SCHUMACHER

Les pratiques et rites funéraires sont omniprésents dans toutes les sociétés humaines. Marqués d’un caractère universel, la mort impose un devoir moral aux vivants dans toutes les cultures existantes, traduisant son importance pour tous. Comprendre ces rites, c’est en comprendre un peu plus sur la société qui les fait vivre.

« Il n’existe pas de société sans rituel funéraire. Son universalité est sans doute l’un de ses premiers traits caractéristiques. Aucune société ne se débarrasse du corps mort comme s’il n’avait, dès lors qu’il ne vit plus, aucune importance »

Patrick Baudry, « La ritualité funéraire », Hermès 43, 2005

À travers une approche sociologique motivée par l’idée d’une analyse urbanistique pluridisciplinaire, nous nous sommes intéressés aux rites et pratiques funéraires à Sfax, et particulièrement à ceux de la religion musulmane, largement majoritaire en Tunisie. L’enjeu est ici de comprendre la nature et la manière dont la population locale traduit les perceptions et les manifestations de la mort dans l’espace urbain. Cela sous-entend donc de comprendre l’organisation spatiale et temporelle de ces rites. Notre objectif était aussi de saisir quels effets ces rites et pratiques génèrent sur le façonnement de l’espace urbain. Nous avons alors identifié trois lieux principaux où s’exercent ces effets : la maison, la mosquée et le cimetière. Ces trois lieux occupent une place centrale dans les rites et pratiques de la communauté musulmane sfaxienne, mais également au sein de l’espace urbain.

L’avant Sfax

La première étape de notre atelier a été la réalisation d’une bibliographie scientifique en prévision du terrain, afin d’avoir de premières informations et de développer différents axes d’approches. Néanmoins, le manque de données scientifiques n’a permis de développer qu’une vision restreinte sur la question de la mort dans la ville tunisienne. Ce manque d’information nous a poussés à réaliser des entretiens préliminaires au terrain, de manière à obtenir plus de données et à préciser nos recherches.

Pendant Sfax

La deuxième étape fut la réalisation du travail de terrain une fois arrivés à Sfax. Nous avons ici déployé deux méthodes d’enquête : la réalisation d’entretiens semi-directifs avec des locaux et des professionnels du domaine funéraire, et l’observation d’espaces clés de la mort dans la ville, tels que les cimetières ou les mosquées.

Notre méthode explore tout particulièrement l’observation sensible du terrain. Munis de nos carnets de dessin, nous sommes partis sur le terrain afin de rendre compte de ce que nous avons vu dans les lieux funéraires de Sfax, à travers le dessin, l’annotation ou encore la photographie. Aussi, l’entretien qualitatif a joué un rôle important dans notre recherche, dans la compréhension des rites et pratiques culturelles au sein de la tradition sfaxienne. Les entretiens réalisés nous permettent de nous plonger au sein des expériences des divers acteurs rencontrés, leurs ressentis, leur vécu personnel.

L’après Sfax

La troisième étape a consisté à rendre compte de l’ensemble des données recueillies lors du travail de terrain. Pour retracer la chronologie des rites et pratiques funéraires, nous avons fait le choix d’élaborer une bande dessinée qui suit l’histoire d’un enfant confronté à la perte de sa grand-mère. De plus, nous avons réalisé un travail d’analyse en faisant le choix d’organiser nos résultats selon sept axes de réflexion, présentés ci-dessous.

Ces sept axes nous sont venus suite à une relecture de nos informations recueillies à la fois avant et pendant Sfax. Il nous a semblé pertinent d’émettre ces axes de recherches selon des questions qui semblaient revenir et faire écho avec le travail de lecture scientifique exercé en amont.  

Cette bande dessinée retrace de façon chronologique l’ensemble des rites et des pratiques funéraires lors de l’inhumation d’un défunt à Sfax. Cette fiction raconte l’histoire d’un jeune garçon, Youssef, qui, venant de perdre sa grand-mère, doit assister et participer à l’ensemble des rituels funéraires. Le processus funéraire commence à la maison avec l’accueil de la famille, puis se poursuit à la mosquée avec la prière. Enfin, l’enterrement a lieu au cimetière. 

Les sept axes

  • L’urgence de l’inhumation dans la ville contemporaine

La religion musulmane préconise une inhumation rapide du défunt. Le deuil est court, car l’accent est mis sur l’âme plutôt que sur le corps. Une fois la personne décédée, son corps n’est plus habité par l’âme et devient donc moins central dans les rites funéraires. Bien qu’il existe de nouvelles techniques de conservation des corps qui pourraient rallonger le processus d’inhumation, le principe de rapidité semble être maintenu, souvent réalisé dans les 24 heures. La Tunisie est un pays au climat chaud qui ne permet pas de conserver les corps pendant longtemps, l’alternative est donc d’enterrer le corps rapidement afin de le préserver. De ce fait, un corps sera le plus souvent inhumé dans les 24 heures suivant le décès.

Bien que le corps puisse être conservé dans des lieux tels que la morgue, celle-ci n’est pas utilisée lorsque la mort est déclarée naturelle. C’est seulement en cas de meurtre ou de difficulté d’identification que le corps sera amené à la morgue. Ainsi, la modernisation des pratiques de conservation ne semble pas modifier la culture autour de la rapidité de l’inhumation. Cependant, d’autres nouvelles technologies peuvent permettre d’accélérer l’inhumation. Par exemple, l’annonce du décès sur les réseaux sociaux, souvent faite sur Facebook, facilite l’urgence de l’inhumation.

  • Des inégalités sociales

En Tunisie, les pratiques funéraires ne sont pas toujours fixées. En effet, il est possible d’observer des changements dans les comportements en relation avec le capital économique et social de la famille du défunt. Nous avons également appris lors de nos entretiens que les familles riches de Tunis ne se comportent pas de la même manière que celles de la ville de Sfax.

Des inégalités sociales se cristallisent même dans les cimetières. Pourtant, traditionnellement, la religion musulmane encourage la sobriété, la “terre morte”. Il s’agit parfois de ne pas connaître le lieu où l’on reposera : “on se fiche de la terre où on est enterrés” (entretien avec avec sociologue de Sfax). Cependant, ce n’est pas le cas pour tous. Certains affirment : “On connaît où est-ce qu’on va habiter après la mort” (entretien avec un homme sfaxien). Il ne s’agit pas simplement d’un changement de pratique, mais d’une véritable différenciation des pratiques en fonction des moyens pécuniaires.

Par exemple, les turbas, pratique interdite depuis les années 1970, permettaient d’acheter une parcelle dans un cimetière, donnant ainsi à la famille la propriété de conserver cet espace. Une turba est souvent définie par un muret qui délimite l’espace acheté. Bien que cette pratique ne soit plus autorisée, elle n’empêche pas la conservation des turbas achetées avant les années 1970. Il existe donc encore des cimetières appartenant à l’État où des “propriétés privées” subsistent, n’ayant pas pu être rachetées.

Aussi, les inégalités sociales s’illustrent à travers des pratiques telles que le recours à un traiteur lors du repas avant l’enterrement, une pratique observée majoritairement dans les familles les plus aisées. Les autres se contentent d’acheter des “petits fast-foods” (entretien avec Ahmed) qui seront offerts à la famille endeuillée.

(Exemple de Turba vue dans le cimetière Gremda 2)

  • Des injonctions sociales des morts sur les vivants 

Des rites mortuaires montrent que la mort ne signifie nullement la fin définitive de la vie : les morts continuent leur vie parmi les vivants.(Hardy, L. 2012). En effet, l’influence continue des morts sur les vivants est une notion profondément ancrée dans de nombreuses cultures et religions. Ce phénomène est particulièrement renforcé au moment du décès d’un proche, où plusieurs pratiques et rites viennent souligner cette connexion. La période de deuil est un moment important pour la spiritualité des proches. Cette période permet de prendre conscience de sa fragilité et de sa proximité face à la mort. Les rites funéraires incitent les individus à approfondir leur propre foi et leurs pratiques spirituelles.

L’Islam repose sur cinq piliers : la prière, le pèlerinage, la donation, le Ramadan et la déclaration de foi (“Il n’y a qu’un seul Dieu et Mahomet est son Prophète”). La donation est un acte très présent durant la période de deuil. Par exemple, les proches apportent de la nourriture pour la famille du défunt le jour de l’enterrement. Ils donnent également un repas à des personnes dans le besoin les jours suivants.

Les prières et la lecture du Coran sont couramment pratiquées pour attirer la miséricorde pour les défunts. Ces actes dévotionnels ne servent pas seulement à apaiser les âmes des défunts, mais également à rappeler aux vivants l’importance du pardon et de la miséricorde dans leur propre vie.

Les moments de deuil et d’inhumation rassemblent souvent la famille, les amis et la communauté élargie, favorisant un sentiment de solidarité. Les vivants, en partageant leur peine et en s’entraidant, renforcent leurs liens et redécouvrent l’importance de la générosité et du soutien mutuel. Les actes de compassion, comme le partage de repas ou l’organisation de prières communes, deviennent des expressions concrètes de cette solidarité et de cette générosité.

Plus que pendant cette période de deuil, la relation entre les morts et les vivants s’entretient dans le langage quotidien (“Que Dieu lui apporte la miséricorde”), les prières à la maison, les visites séquentielles (notamment lors de l’Aïd). “Les morts vivent tous les jours parmi les vivants”.

  • Interaction entre le religieux et le culturel

Il existe une interaction dynamique entre les pôles “social”, “culturel” et “religieux” qu’il est important de souligner pour comprendre comment les pratiques évoluent et se transforment. Ces trois pôles sont souvent interconnectés, et les coutumes peuvent migrer de l’un à l’autre, influençant et remodelant les normes et les comportements au fil du temps.

Par exemple, les pratiques autour de la nourriture durant la période de deuil sont en train d’évoluer. Culturellement et socialement, c’est un couscous végétarien qui est apporté à la famille endeuillée, mais aujourd’hui, il est de plus en plus courant d’apporter des fast-foods.

Un deuxième exemple est le fait de ne pas allumer le feu dans la maison du défunt. Cette pratique est originaire de la religion juive pendant le Shabbat. En Tunisie, cette pratique n’est pas religieuse mais plutôt culturelle et sociale pour les familles majoritairement musulmanes.

Un dernier exemple est le fait que l’épouse endeuillée doit rester chez elle pendant trois mois suivant le décès de son mari. Cette pratique est religieuse et est une mesure de prévention au cas où la femme serait enceinte. Avec le temps, cette pratique de deuil s’est transformée et adaptée aux réalités modernes. Une adaptation de la pratique religieuse à un contexte social et professionnel contemporain est essentielle puisque les femmes doivent souvent retourner travailler, s’occuper de leurs enfants, et ont des contraintes dans leurs vies qui les obligent à sortir de chez elles.

Ces exemples montrent comment les pratiques, même lorsqu’elles trouvent leurs racines dans un domaine spécifique, peuvent évoluer et s’insérer dans d’autres contextes, répondant aux besoins et aux normes changeantes de la société. Cette interaction continue entre les pôles social, culturel et religieux illustre la fluidité des coutumes et traditions, et comment elles peuvent s’adapter pour rester pertinentes dans des environnements en mutation.

  • La différenciation genrée des expériences funéraires 

Au cours de notre recherche, nous avons observé des différences dans les pratiques funéraires selon le genre. En effet, les hommes bénéficient de plus d’accès aux espaces liés à la mort par rapport aux femmes. Lors de l’enterrement, les femmes ne sont pas autorisées à porter le corps, ni à entrer dans le cimetière, ni dans la mosquée. Elles sont donc consignées à la maison durant tout le protocole funéraire et ne peuvent voir le défunt que lorsqu’il est amené dans la maison familiale.

De plus, les traitements funéraires pour les défunts diffèrent également. Alors que les hommes sont couverts d’un drap vert lors de l’enterrement, les femmes sont enveloppées dans un drap jaune et leur corps est dissimulé par une grille pour masquer toute forme corporelle. La toilette du corps est également réalisée dans une non-mixité stricte.

Ces différences sont perçues de manière variée. Certains témoignages reflètent une incompréhension, comme : “Je ne sais pas pourquoi les femmes n’assistent pas à la cérémonie.” – Entretien avec un  homme âgé. D’autres, au contraire, justifient cette pratique : “Les femmes ne sont pas capables de supporter la vue d’un corps. Psychologiquement, elles sont plus vulnérables que les hommes.” – Entretien avec le fils de Kamel El Aoud.

Une femme interrogée nous informe également que, bien que certaines personnes restent dans l’incompréhension face à ces différences, les rites et pratiques genrés sont tout de même respectés car étant inscrits et appliqués comme des lois. Ces principes, relevant à la base d’un apprentissage religieux, finissent par devenir culturels.

Rappelons tout de même que ces différentes pratiques sont propres au territoire sfaxien et qu’il ne faut donc pas établir de présupposés concernant d’autres régions ou territoires.

Exemple: Case de BD. Les femmes doivent rester à la maison pendant l’enterrement.

  • La visibilité de la mort dans l’espace urbain 

Notre étude portant sur les rites et les pratiques funéraires à Sfax nous a amenés à réfléchir à la manifestation visuelle de la mort dans l’espace urbain. Plusieurs questions se sont alors posées. Quelle est la visibilité de la mort dans la ville contemporaine ? La modernisation de la ville a-t-elle engagé une adaptation des rites et pratiques funéraires dans l’espace urbain ?

L’une des spatialités emblématiques dans la mise en place des rites et des pratiques funéraires est incarnée par la maison du défunt. Bien qu’il ne s’agisse pas d’un espace public, la maison est un lieu d’accueil pour la famille élargie du défunt. Les membres de la famille, venus parfois de loin, restent aux côtés des proches le temps de l’inhumation et campent dans le jardin de la maison familiale.

 Le cortège funéraire de la maison jusqu’au cimetière, éventuellement en passant par la mosquée, marque la présence de la mort en ville en imposant un respect et un arrêt ponctuel de la vie urbaine. “Je me rappelle bien quand j’étais petit, ils transportaient les dépouilles sur des charrettes. Il n’y avait pas de camions. La charrette marchait doucement, il y avait le cercueil qui était privilégié. On respectait, tout le monde s’arrêtait et il (le cortège) était privilégié.” (entretien avec Kamel El Aoud). Bien que les corps soient aujourd’hui aussi transportés par camionnette, le cortège funéraire demeure respecté et priorisé. “Même actuellement, les voitures s’arrêtent de côté pour laisser passer le cortège.” (entretien avec Kamel El Aoud).

Les cimetières, autre théâtre des pratiques et rites funéraires, rendent compte de la visibilité de la mort. Depuis l’exclusion des cimetières vers les périphéries de la ville, l’enterrement du défunt est devenu plus discret et s’est estompé du paysage urbain du centre-ville. Le quartier El Jadidah, accolé à la Médina de Sfax, était le plus grand cimetière de la ville avant sa marginalisation au profit de la construction d’une zone commerciale.

La visibilité de la mort en ville peut aussi se révéler par les manières de l’annoncer. Auparavant, ce sont des “crieurs” qui, munis d’un haut-parleur, arpentaient les rues de la ville pour annoncer les nouvelles, dont les décès et les sépultures qu’ils engageaient. Aujourd’hui, l’annonce de la mort, bien qu’elle semble cibler davantage de personnes avec sa diffusion par les réseaux sociaux, se fait plus discrète dans les rues de la ville. “On divulgue l’information à travers la radio régionale, il y avait l’annonce quotidienne des décès. […] Et là maintenant ça passe à travers les réseaux sociaux, le téléphone. Pour les personnes âgées, elles sont informées par téléphone” (entretien avec Kamel El Aoud).

  • La cohabitation des rites religieux

Avant de partir à Sfax il était question de comprendre la cohabitation des rites dans la ville, étant majoritairement Musulmane nous avions à coeur de comprendre comment les religions minoritaires (1%) pouvaient évoluer au sein de cet environnement. Cependant, dès nos recherches à Grenoble (Ambassade Tunisienne) puis à Sfax, on nous déconseille rapidement de s’intéresser aux religions minoritaires car elles sont presque invisibles dans la ville. 

Plus tard, au cours de nos entretiens nous réalisons que certains aspects de ces religions restent importants et sont visibles dans les rites des habitants de Sfax.

Par exemple, des pratiques funéraires de la religion juive se sont transposées dans la religion musulmane. D’après l’un de nos entretiens, la pratique musulmane qui n’autorise pas l’utilisation du feu par la famille endeuillée après les funérailles viendrait de rites juifs.
On trouvera aussi des cimetières où les différentes religions cohabitent comme le cimetière “chrétien” où l’on retrouve des tombes qui semblent venir du culte musulman mais aussi d’autres surmontées de croix.

Bibliographie

  • Burkhalter, S. La place de la mort dans l’Islam. Frontières, 2000, 13(1), 73-80.
  • Hamzaoui, S. M..(2020) Rituels de deuil et symbolisme alimentaire en Tunisie. Anthropology of the Middle East, 15(2), 91-103.
  • Hardy, L. (2012). La trace. De la mort visible à la mort invisible, de l’inacceptable à l’acceptable… et inversement. Études sur la mort, (2), 51-64.
  • Philifert, P. (2004b). Rites et espaces funéraires à l’épreuve de la ville au Maroc : Traditions, adaptations, contestations. Les Annales de la Recherche Urbaine, 96(1), 34 − 43.

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Adèle Abdoul Carime-Cahusac (9 juin 2024). L’organisation socio culturelle de la mort à Sfax. Coopérer : Grenoble-Sfax. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11sdu


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search